Henri Cartier-Bresson en 1986
Henri Cartier-Bresson en 1986
Henri Cartier-Bresson en 1986 ©Getty - Jean-Marc ZAORSKI /Gamma-Rapho
Henri Cartier-Bresson en 1986 ©Getty - Jean-Marc ZAORSKI /Gamma-Rapho
Henri Cartier-Bresson en 1986 ©Getty - Jean-Marc ZAORSKI /Gamma-Rapho
Publicité
Résumé

Photographe, voyageur, mais aussi peintre dans sa jeunesse et ami des artistes, retour sur la vie du photographe Henri Cartier-Bresson (1908-2004).

avec :

Agnès Sire (directrice artistique de la Fondation Cartier-Bresson), Marin de Viry (Écrivain et critique littéraire).

En savoir plus

Pour évoquer la vie du photographe français, nous recevons Agnès Sire, directrice artistique de la Fondation Henri Cartier-Bresson.

Henri Cartier-Bresson est né le 22 août 1908, en Seine-et-Marne, dans une famille aisée. Profitant d’une bonne éducation, il ne fut pas bon élève pour autant, bien que lecteur vorace de littérature et poésie. 

Publicité

Très discret sur sa vie, il affichait une certaine méfiance

C’était quelqu’un qui cultivait l’art de la désobéissance, qui n’aimait pas du tout qu’on le range dans une case. Il a entretenu soigneusement cette variation entre la peinture, la littérature, la photographie, qui était vraiment pour lui un art mineur. Et puis il est devenu quand même un des photographes les plus célèbres de la planète – mais il préférait s’intéresser à Paolo Uccello. – Agnès Sire 

Il était toujours dans la provocation :

Henri détestait les certitudes, dès qu’il voyait quelqu’un qui affichait des certitudes, il disait le contraire, c’était systématique. – Agnès Sire

De la découverte de la photographie dans les années 1930, imprégnée de surréalisme, jusqu’aux expositions dans le monde entier, en passant par la guerre, la captivité, les nombreux voyages, la rencontre avec Gandhi, redécouvrez le parcours de celui qui soulignait l’importance d’avoir toujours « le compas dans l’œil ». 

Et en fin d'émission, retrouvez la chronique de Marin de Viry, , journaliste à la Revue des Deux Mondes

MUSIQUE GÉNÉRIQUE (début) : Panama, de The Avener (Capitol)

MUSIQUE GÉNÉRIQUE (fin) : Nuit noire, de Chloé (Lumière noire)

Références

L'équipe

Matthieu Garrigou-Lagrange
Matthieu Garrigou-Lagrange
Anne-Vanessa Prévost
Collaboration
Didier Pinaud
Collaboration
Laurence Millet
Réalisation
Laurence Jennepin
Collaboration