Cathédrale de Rouen, Claude Monet (1894)
Cathédrale de Rouen, Claude Monet (1894)
Cathédrale de Rouen, Claude Monet (1894) ©Getty - photographie par DeAgostini
Cathédrale de Rouen, Claude Monet (1894) ©Getty - photographie par DeAgostini
Cathédrale de Rouen, Claude Monet (1894) ©Getty - photographie par DeAgostini
Publicité
Résumé

De la naissance de l’impressionnisme à l’enfer blanc de la Norvège, qui résiste à son œil, en passant par la découverte de Giverny et l’émergence des tableaux en série — meules, peupliers —, Monet peignit sa vie durant, « dans les transes », « bouleversé et comme fou ».

avec :

Etienne de Montety (écrivain et directeur du Figaro littéraire), Marianne Alphant.

En savoir plus

Quel était le projet de ce peintre qui disait « chercher l’impossible » ? Comment définir son œil ? Peut-on dire qu’il regardait « le transitoire, le fugitif, le contingent », ce que Baudelaire appelle la modernité ?

Matthieu Garrigou-Lagrange esquisse aujourd’hui une analyse de l’œuvre de Monet en compagnie de Marianne Alphant, autrice de Claude Monet, une vie dans le paysage » aux éditions Hazan.

Publicité

Monet ignore au début que sa recherche sera celle de l'impossible. Il n'a pas idée des étapes qu'il lui faudra franchir. Son rapport à la peinture sera de l'ordre de la passion, et cette passion prendra parfois un dehors infernal. (Marianne Alphant)

Monet peint toujours hors de lui. Dans une espèce de transe, il se confronte à quelque chose qu'il lui est impossible de maîtriser, car il essaie de fixer sur la toile des effets, des instants de lumière, qui parfois passent et ne reviennent pas. (Marianne Alphant)

Retrouvez également en cours d'émission la chronique d'Etienne de Montety, écrivain et directeur du Figaro littéraire. 

MUSIQUE GÉNÉRIQUE (début) : Panama, de The Avener (Capitol)

MUSIQUE GÉNÉRIQUE (fin) : Nuit noire, de Chloé (Lumière noire)

Références

L'équipe

Matthieu Garrigou-Lagrange
Matthieu Garrigou-Lagrange
Anne-Vanessa Prévost
Collaboration
Didier Pinaud
Collaboration
Laurence Millet
Réalisation
Laurence Jennepin
Collaboration