Francis Bacon à Paris en 1987  ©Getty - Raphael GAILLARDE/Gamma-Rapho
Francis Bacon à Paris en 1987 ©Getty - Raphael GAILLARDE/Gamma-Rapho
Francis Bacon à Paris en 1987 ©Getty - Raphael GAILLARDE/Gamma-Rapho
Publicité
Résumé

Pour Michel Leiris, les tableaux de Francis Bacon sont « absolument criants de présence ». En plus de l'auteur de « L'Âge d'homme », cette « présence » de Bacon a fasciné de nombreux écrivains dont Jacques Dupin et Claude Simon…

avec :

Dominique Viart (essayiste et critique, professeur de littérature à l’Université Paris Nanterre), Pierre Vilar, Aliette Armel (Romancière, essayiste, et critique littéraire).

En savoir plus

Pour évoquer cette mystérieuse « présence » dans l’œuvre de Bacon, attardons-nous aujourd’hui sur ce qu’en disent les écrivains. En première partie d’émission, nous recevons Pierre Vilar, maître de conférences à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour. Il est responsable de l’édition des Ecrits sur l’art de Michel Leiris, publiés chez CNRS éditions en 2011. 

En deuxième partie d’émission, Dominique Viart, essayiste, critique et professeur de littérature à Paris-Nanterre, nous parle des liens qui unissaient Francis Bacon à Jacques Dupin, ainsi que de l’influence du peintre britannique sur le roman Triptyque de Claude Simon. Dominique Viart avait notamment étudié l'influence de Francis Bacon sur certains écrivains français dans son ouvrage La littérature française au présent, publié avec Bruno Vercier chez Bordas en 2005.

Publicité

Pour aller plus loin : à l’occasion de l’exposition « Bacon en toutes lettres », le Centre Pompidou organise le colloque « Francis Bacon : une passion française ? ». De nombreux chercheurs et critiques d’art parmi lesquels Dominique Viart étudieront la véritable fascination qu’a exercée et qu’exerce encore le peintre britannique sur des écrivains et penseurs aussi divers que Marguerite Duras, Gilles Deleuze, Philippe Sollers, Jean Clair, Milan Kundera ou plus récemment Jonathan Littell. – le 15 novembre 2019 à 14h

Et à 15h30, retrouvez la chronique d’Aliette Armel, romancière, essayiste et critique littéraire.

MUSIQUE GÉNÉRIQUE (début) : Panama, de The Avener (Capitol)

MUSIQUE GÉNÉRIQUE (fin) : Nuit noire, de Chloé (Lumière noire)