Andy Warhol avec le casting de la pièce qu’il a écrite, Pork (1971),  sur la scène du Café La MaMa (New York).
Andy Warhol avec le casting de la pièce qu’il a écrite, Pork (1971), sur la scène du Café La MaMa (New York).
Andy Warhol avec le casting de la pièce qu’il a écrite, Pork (1971),  sur la scène du Café La MaMa (New York). ©Getty - Jack Mitchell
Andy Warhol avec le casting de la pièce qu’il a écrite, Pork (1971), sur la scène du Café La MaMa (New York). ©Getty - Jack Mitchell
Andy Warhol avec le casting de la pièce qu’il a écrite, Pork (1971), sur la scène du Café La MaMa (New York). ©Getty - Jack Mitchell
Publicité
Résumé

Est-ce à Andy Warhol que nous devons la rencontre entre l’art et le business ? La réponse avec Cécile Guilbert, qui trace des parallèles entre Warhol et différents artistes ou écrivains.

avec :

Maialen Berasategui (journaliste littéraire), Cécile Guilbert (essayiste et romancière).

En savoir plus

Cécile Guilbert, essayiste et romancière, auteure notamment  de Warhol spirit (Grasset) et de Sans entraves et sans temps morts II  (Grasset) nous livre son analyse du phénomène Warhol, de sa prophétie d’une existence qui ne devient possible que par l’image et dans le marché. Elle analyse sa parole, plutôt méconnue, et en tire une vision du monde, une sagesse, et même une spiritualité. 

"La Cène" d'Andy Warhol lors de l'exposition REPENT AND SIN NO MORE au Cloitre de Bramante à Rome en 2006
"La Cène" d'Andy Warhol lors de l'exposition REPENT AND SIN NO MORE au Cloitre de Bramante à Rome en 2006
© AFP - ANDREAS SOLARO

A partir de cette figure, Cécile Guilbert dresse plusieurs parallèles avec d’autres personnalités. Ce sont « les miroirs croisés de Warhol » : la rencontre avec Basquiat ; la « secrète parenté d’esprit » avec Glenn Gould ; les papes Jean XXIII et Jean Paul II, dont il saisit l’essence pop ; Léonard de Vinci, dont il interprète la Cène à sa manière ;  Karl Lagerfeld, Marcel Duchamp, et d’autres encore, qui nous permettent de mettre en lumière les multiples facettes d'Andy Warhol.

Publicité
Jean-Michel Basquiat et Andy Warhol à New York en 1984
Jean-Michel Basquiat et Andy Warhol à New York en 1984
© Getty - Ron Galella/Ron Galella Collection

Ainsi, Cécile Guilbert nous dévoile un personnage sans égaux et sans ego, aux propositions paradoxales et portant en même temps une réflexion profonde dans son œuvre, jusqu’à son rapport à la mort.

En savoir plus : Chaos 2/5 "Andy Warhol, c'est une machine de guerre contre tous les snobismes"

Et en fin d'émission, retrouvez la chronique de Maialen Berasategui, journaliste littéraire

MUSIQUE GÉNÉRIQUE (début) : Panama, de The Avener (Capitol)

MUSIQUE GÉNÉRIQUE (fin) : Nuit noire, de Chloé (Lumière noire)

Références

L'équipe

Matthieu Garrigou-Lagrange
Matthieu Garrigou-Lagrange
Anne-Vanessa Prévost
Collaboration
Didier Pinaud
Collaboration
Laurence Millet
Réalisation
Laurence Jennepin
Collaboration