Elsa Morante chez elle, en 1961
Elsa Morante chez elle, en 1961
Elsa Morante chez elle, en 1961 ©Getty - Photo by Marisa Rastellini/Mondadori Portfolio via Getty Images
Elsa Morante chez elle, en 1961 ©Getty - Photo by Marisa Rastellini/Mondadori Portfolio via Getty Images
Elsa Morante chez elle, en 1961 ©Getty - Photo by Marisa Rastellini/Mondadori Portfolio via Getty Images
Publicité
Résumé

Elsa Morante engagée politiquement, témoin de l'histoire, amoureuse : nos deux invités poursuivent le portrait de la grande romancière italienne.

avec :

Simonetta Greggio (Ecrivain), Martin Rueff (Poète, critique et traducteur, maître de conférence à l'U.F.R. "Lettres, arts et cinéma" de L'Université Paris-Diderot (Paris VII), enseignant à l'Université de Bologne, professeur à l’Université de Genève où il occupe la chaire du 18ème), Jérôme Dupuis (Journaliste).

En savoir plus

Ce sont plusieurs facettes de l'oeuvre d'Elsa Morante que nous abordons avec nos deux invités. 

En première partie d'émission, nous sommes avec Martin Rueff, poète, critique, éditeur et professeur à l'Université de Genève, a traduit et écrit la postface du livre d'Elsa Morante Petit manifeste des communistes (sans classe ni parti) chez Rivages en 2018. Dans cet ouvrage, elle dénonce le spectre d'une "fausse révolution", en aspirant à des valeurs telles que l'honneur, la liberté d'esprit, la beauté, et l'éthique. Nous nous demandons ainsi dans quelle mesure Elsa Morante a participé aux débats politiques en Italie, dans l'entre-deux guerres, pendant la Seconde Guerre mondiale, mais surtout durant les années de plomb. En 1974, son grand roman La Storia, se fait témoin inquiet et virtuose des transformations connues par son pays - qui se cristallisent au moment de l'enlèvement d'Aldo Moro, tout en donnant la part belle aux destins individuels plutôt que l'histoire collective. Une mosaïque complexe se dessine donc, entre individu et collectivité, entre christianisme et communisme, entre politique et littérature. 

Publicité

A 15h30 : en compagnie des revues avec la chronique de Jérôme Dupuis, de l'Express.

Dans la seconde partie de l'émission, c'est Simonetta Greggio, romancière, qui a écrit Elsa mon amour, paru chez Flammarion en 2018, qui nous parle avec passion des personnages qui entouraient la romancière. Grande admiratrice, Simonetta Greggio propose un roman biographique dans lequel Elsa Morante devient un personnage de fiction. On y croise Pasolini, son grand ami avec qui elle ne cessait de se quereller, Italo Calvino, Cesare Pavese, Cruzio Malaparte, Leonor Fini, Visconti... 

A réécouter pour aller plus loin : "L'expérience - Identification d'une femme : Elsa Morante par Simonetta Greggio" 

A 15h55 : Jacques Bonnaffé nous lit des extraits de textes poétiques du jeune auteur Antoine Mouton

MUSIQUE GÉNÉRIQUE : Panama, de The Avener (Capitol) fin : Dwaal, de Holy Stays (Something in Construction)

MUSIQUE CHRONIQUE : Self portrait de Chilly Gonzales (Gentle threat)

Rediffusion de l'émission du 02/04/2019

Références

L'équipe

Matthieu Garrigou-Lagrange
Matthieu Garrigou-Lagrange
Anne-Vanessa Prévost
Collaboration
Didier Pinaud
Collaboration
Laurence Millet
Réalisation
Laurence Jennepin
Collaboration