Publicité
En savoir plus

En dix ans, entre 2002 et 2012, le nombre d’étudiants inscrits dans une filière scientifique a chuté de 14,5 %. La libido-sciendi aurait-elle discrètement pris la tangente ?

Comment la science a-t-elle pu perdre aussi rapidement de ses attraits, de son prestige ? Les commentateurs qui s’essaient à expliquer ce phénomène parlent d’une « désaffection » à son égard. Mais s’agit-il vraiment d’une affaire d’affect ? Désaffection : « le fait de ne plus être concerné dans son intimité ». Est-on bien certain que la baisse des vocations scientifiques reflète un désamour des jeunes vis-à-vis de la science : il est après tout possible que beaucoup continuent de la juger belle et admirable, tout en considérant qu’elle est devenue trop difficile.

Publicité

Il se peut aussi que la science ne les « touche » plus : non pas au sens où elle leur serait devenue indifférente, mais parce que, noyée, enfouie sous le flot du reste, elle ne parviendrait plus à entrer en contact avec eux, à les atteindre .

Pour tenter de contrecarrer cette tendance, le samedi 11 octobre 2014, à l'occasion de la fête de la science, l'Académie des sciences a renouvelé son opération « Speed Sciences », qui vise à promouvoir la démarche scientifique auprès des jeunes. Une centaine de lycéens ou étudiants, de 16 à 20 ans, ont rencontré en tête à tête des académiciens et des scientifiques de renom. Toutes les dix minutes, durant deux heures, ils devaient changer d'interlocuteurs.

Cette démarche de la part de l’académie, habituée d’ordinaire à prendre son temps, peut sembler saugrenue, d’autant plus que la diffusion de la science est sans doute la première victime de la « crise de la patience » qui affecte tous les secteurs de la vie sociale. Speed Science : n’y a-t-il pas une contradiction dans les termes ?

Sandra Lavorel
Sandra Lavorel
Références

L'équipe

Etienne Klein
Production
Catherine Madure
Collaboration
François Caunac
Réalisation