"First Draft Coalition" réunit plusieurs grands titres de presse mais aussi Facebook, Twitter et YouTube pour contrer la production de fausses informations ("fake news")
"First Draft Coalition" réunit plusieurs grands titres de presse mais aussi Facebook, Twitter et YouTube pour contrer la production de fausses informations ("fake news") ©AFP - Monika Skolimowska / DPA
"First Draft Coalition" réunit plusieurs grands titres de presse mais aussi Facebook, Twitter et YouTube pour contrer la production de fausses informations ("fake news") ©AFP - Monika Skolimowska / DPA
"First Draft Coalition" réunit plusieurs grands titres de presse mais aussi Facebook, Twitter et YouTube pour contrer la production de fausses informations ("fake news") ©AFP - Monika Skolimowska / DPA
Publicité

Quelle est la part du vrai et du faux dans ce que propose internet : informations, intoxications, croyances, faits alternatifs, rumeurs, comment échapper à la manipulation numérique ? Entretien avec le sociologue Gérald Bronner.

Avec
  • Gérald Bronner Professeur de sociologie à l’Université Paris Diderot - Paris VII

Ce nouveau cycle d'émissions enregistrées en public au Théâtre de l’Odéon s’intitule « Ce qu’on sait, ce qu’on ne sait pas ».

L’idée qui nous a menés vers cette problématique est assez simple. Elle provient du constat que la connaissance et l’ignorance se tiennent par la barbichette : ignorer qu’on ignore, c’est, de fait, ne rien savoir ; tandis que savoir qu’on ignore, c’est vraiment savoir, puisque cela suppose de connaître tout ce qui est déjà établi, et d’être capable de détecter ce qui fait encore trou dans la connaissance, de déceler ses manques et ses lacunes.

Publicité

Croire savoir sans savoir, voilà la vraie pathologie du savoir. C’est pourquoi l’ignorance est la grande affaire des sachants, des spécialistes, des experts, et non pas celle des ignares. Car savoir ignorer, ce n’est pas ignorer le savoir, mais au contraire savoir ce qu’il ne contient pas, et constamment l’inquiéter.

Pour commencer ce cycle, nous allons nous demander quelle est la part du vrai et du faux dans ce que propose internet : informations, intoxications, croyances, faits alternatifs, rumeurs, comment échapper à la manipulation numérique ?

Invité : Gérald Bronner, professeur de sociologie à l’université Paris-Diderot. Ses travaux portent sur la sociologie des croyances collectives et la cognition humaine. Il est l’auteur de nombreux articles et livres scientifiques remarqués dont La Démocratie des crédules (PUF, 2013) et de La Pensée extrême (2009, rééd. PUF 2016).