Cabinet de curiosités de Worm
Cabinet de curiosités de Worm - Christian SW
Cabinet de curiosités de Worm - Christian SW
Cabinet de curiosités de Worm - Christian SW
Publicité

« Intéressez-vous à un sujet et il vous attend à tout bout de champ ; sans le vouloir vous tombez sur des traces, des fossiles, et vous allez de découverte en découverte.» Eric Poindron

Avec

Les cabinets de curiosités étaient des pièces, ou parfois des meubles, où étaient entreposées et exposées des « choses rares, nouvelles, singulières », pour reprendre la définition du Littré : on y trouvait un mélange hétéroclite comprenant des pierres plus ou moins précieuses, des animaux empaillés, des fossiles, des serpents en bocaux, des coraux, des plumes, des insectes séchés, des coquillages, des squelettes, des masques, des statuettes, des cornes, des dents, des herbiers, des sarbacanes, des antiquités, des œuvres d’art, des instruments scientifiques, des loupes, des boussoles... En bref, les cabinets de curiosités étaient des bric-à-brac.

L’une de leurs fonctions était de faire découvrir le monde, surtout le monde lointain (dans le temps et l’espace). Il s’agissait aussi de mieux le comprendre ou, au contraire, de confirmer certaines croyances de l'époque. On pouvait notamment croire y voir des restes d'animaux mythiques, des cornes de licorne par exemple. 

Publicité

De là à dire qu’on y pratiquait un amalgame entre sciences réelles et fausses sciences, il n’y a qu’un pas, dont on doit se demander s’il faut le franchir ou non. La question est en somme : quel lien y a-t-il, ou n’y a-t-il pas, entre curiosité et connaissance ?

Eric Poindron, portrait en crânes.
Eric Poindron, portrait en crânes.
- CURIOSA & CÆTERA

Invités : 

Éric Poindron,  écrivain et éditeur, auteur de  Comme un bal de fantômes (Castor Astral, 2017) et L'ombre de la girafe (Bleu Autour, 2018) et Thierry Beauchamp, traducteur et amateur de littératures irrationnelles, négligées et oubliées. 

L'équipe

Etienne Klein
Etienne Klein
Etienne Klein
Production
Thierry Beauchamp
Collaboration
Thomas Jost
Réalisation