Bernard Stiegler  ©Radio France
Bernard Stiegler ©Radio France
Bernard Stiegler ©Radio France
Publicité
Résumé

Les réflexions sur la catastrophe sont devenues un genre littéraire à part entière.Il déferle en funestes accélérations qui défient toute maîtrise.Mais on voit quand même resurgir çà et là l’hypothèse – ou la conviction – qu’un salut est possible.

avec :

Bernard Stiegler (philosophe, directeur de l'Institut de recherche et d'innovation (1952-2020)).

En savoir plus

Si on fait un tour dans une librairie pour lire les quatrièmes de couverture des livres qui s’y trouvent, on ne tarde pas à reconnaître l’air du temps : ce n’est pas la joie dans les rayons. Les réflexions sur la catastrophe sont devenues un genre littéraire à part entière. L’actualité y aide en pourvoyant au renouvellement des exemples. Le monde ne nous lâche plus. Il déferle en funestes accélérations qui défient toute maîtrise. Chaque jour, le présent projette ses terreurs sur l’avenir, et remet ainsi une couche supplémentaire de noir sur l’obscurité générale. On dirait du Soulages, en continu et à tous les étages.

Mais on voit quand même resurgir çà et là l’hypothèse – ou la conviction – qu’un salut est possible. Preuve que les temps mauvais donnent du bon temps à la fois aux Apocalypses et aux Annonciations, même si c’est en proportions inégales. Et c’est ainsi que nous nous retrouvons ballottés entre discours pessimistes et discours optimistes, tous débités sur un ton d’oracle, alors même qu’ils ne sont peut-être que des états d’âme.

Publicité

Devons-nous conclure que nous ne serions plus capables d'espérer ?Convenons de définir l'espérance comme « ce sentiment humain qui règle notre relation avec l'avenir ». Les sombres perspectives écologiques, les limites de la croissance, la crainte du chômage, l'accroissement des inégalités ou encore la crise des solidarités illustrent notre sentiment de malaise face à l'avenir. Elles traduisent également la mauvaise relation que nous entretenons avec un futur appréhendé non plus comme le lieu d'une configuration possible, mais comme une réalité qui pose des problèmes de plus en plus difficiles à résorber.

La question qui se pose est la suivante :Quelle est la part et le rôle de la technique dans la fabrication de cette situation ?

IRI (Institut de Recherche et de l'Innovation)

Bernard Stiegler/Association Ars Industrialis

Références

L'équipe

Etienne Klein
Production
Catherine Madure
Collaboration
François Caunac
Réalisation