Statue de Platon devant l'académie des sciences d'Athènes. Avril 2015
Statue de Platon devant l'académie des sciences d'Athènes. Avril 2015
Statue de Platon devant l'académie des sciences d'Athènes. Avril 2015 ©Maxppp - Robert Geiss
Statue de Platon devant l'académie des sciences d'Athènes. Avril 2015 ©Maxppp - Robert Geiss
Statue de Platon devant l'académie des sciences d'Athènes. Avril 2015 ©Maxppp - Robert Geiss
Publicité
Résumé

Si Platon entrait dans un Mc Do, s’il voyait décoller la fusée qui a propulsé Thomas Pesquet dans l’espace, s’il rencontrait Bob Dylan, s’il nous voyait consultant fiévreusement nos téléphones, que dirait-il? Entretien avec le philosophe Roger Pol-Droit.

avec :

Roger-Pol Droit (Philosophe, auteur).

En savoir plus

Platon est né en 428 avant notre ère, à Athènes, dans une grande famille de l’aristocratie. Le jeune homme reçoit la meilleure éducation possible : il lit Homère, joue de la cithare, chasse avec ses chiens, pratique la lutte à un haut niveau. Quand il rencontre Socrate pour la première fois, il a entre 18 et 20 ans. C’est un choc, un coup de foudre qui change tout, bien que Socrate n’ait, au premier regard, pas grand-chose pour plaire : il a la soixantaine, il est mal habillé, son visage est disgracieux, avec de grosses lèvres, un nez épaté, des yeux globuleux, et le philosophe qu’il est vit sans le sou. 

Platon fréquente Socrate pendant une dizaine d’années. Leur relation s’interrompt lorsque le vieil homme est jugé par l’assemblée du peuple et condamné à mort pour impiété envers les dieux et corruption de la jeunesse. Durant les cinquante années qui lui restent à vivre, Platon n’aura que deux objectifs : d’une part, faire vivre Socrate et sa voix, perpétuer le trouble que celle-ci engendre ; d’autre part, imaginer une Cité où Socrate ne puisse plus être condamné, autrement dit concevoir un modèle de société où le meurtre du juste devienne impossible.

Publicité

D’innombrables livres ont été écrits sur Platon. Mais il en manquait un. Un qui dirait ce que Platon penserait s’il revenait parmi nous, s’il entrait dans un Mc Do, s’il voyait décoller la fusée qui a propulsé Thomas Pesquet dans l’espace, s’il rencontrait Bob Dylan, s’il nous voyait contemplant fiévreusement nos téléphones, etc…

Ce livre existe désormais. Il s’intitule « Et si Platon revenait », signé par Roger-Pol Droit, philosophe et écrivain (Albin Michel, 2018).

Choix musicaux de Roger-Pol Droit :

  • Fanny Mendelssohn-Hensel,  Quatuor en Mib majeur par le Quatuor Ebène 
  • Omer Klein, Fearless Friday
Références

L'équipe

Etienne Klein
Production
François Caunac
Réalisation
Cyril Baert
Collaboration