Milan Kundera
Milan Kundera ©Getty -  Micheline PELLETIER
Milan Kundera ©Getty - Micheline PELLETIER
Milan Kundera ©Getty - Micheline PELLETIER
Publicité

Comment "La Plaisanterie" de Milan Kundera marque un moment fort de l'histoire européenne alors que son propos est de déconstruire l'illusion historique ? Alain Finkielkraut et ses invités analysent l'enjeu historique et philosophique de ce roman.

Avec
  • Alain Finkielkraut Philosophe, académicien, et producteur de l'émission "Répliques" sur France Culture
  • Jacques Rupnik Historien, politologue, directeur de recherche émérite au CERI/Sciences Po

Paru dans le contexte du printemps de Prague, le roman fait écho à l'histoire européenne, s'attaquant au phénomène qu'est l'illusion historique. 

12 min

Kundera dépeint aux couleurs d'un vaudeville l'imposture politique qu'est le communisme soviétique dans les années 1950 et 1960. Comme chez son devancier Kafka, on retrouve une forme d'humour grinçant pour mieux dénoncer. 

Publicité

Aragon y voyait la désillusion d'un "avenir qui a déjà eu lieu", Kundera est un moraliste, qui décrit avec gravité des cocasseries mélancoliques. Presque humoriste, l'auteur. 

La Plaisanterie est peut-être l'enterrement du commun lui-même, sous la plume d'un solitaire, décrivant un individu dépouillé de ses contes de fées, qui doit renoncer aux envoûtements de l'histoire. 

À réécouter : L'oeuvre de Milan Kundera
1h 27

L'écrivain à pour rôle de faire prendre conscience, qu'on ne peut plus rien prendre au sérieux, hormis la recherche d'une liberté intérieure, le livre serait alors une enquête sur la condition du contemporain. 

Le livre est écrit en 1965, la censure travaille pendant près d'un an, et il parait en 1967, au moment où il y a un conflit entre les écrivains et le pouvoir. C'est aussi une critique de la libéralisation dont il fera lui-même parti après-guerre. Jacques Rupnik

Pour Kundera, l'Europe se construit autour de la culture et non plus de la religion. Alain Finkielkraut

59 min

Après Kundera, plus de majuscule à l'histoire, le XIXème est mort, mais alors, que reste-t-il ensuite ?

L'équipe

Régis Debray
Production
Didier Leschi
Production
Guillaume Baldy
Réalisation
Alban Cerisier
Collaboration
Corinne Amar
Collaboration
Rémi Guezodje
Collaboration