Huyendo de la crítica, Pere Borrell del caso, Collection Banco de Espana, Madrid,1874,
Huyendo de la crítica, Pere Borrell del caso, Collection Banco de Espana, Madrid,1874, - Domaine public via wikicommons
Huyendo de la crítica, Pere Borrell del caso, Collection Banco de Espana, Madrid,1874, - Domaine public via wikicommons
Huyendo de la crítica, Pere Borrell del caso, Collection Banco de Espana, Madrid,1874, - Domaine public via wikicommons
Publicité

Au tournant du Ve et du IVe siècles av. J.-C, deux des plus grands peintres de la période classique de l’antiquité, Zeuxis et Parrhasios, se lancent un défi public. Au cœur de leur débat, la question de l’imitation et de la perfection technique...

Avec
  • Fabien Vallos Professeur de philosophie, coordinateur du Centre de Recherche Art et Image de l'École nationale supérieure de la photographie à Arles

La puissance symbolique de la peinture explique l'existence de nombreux tableaux légendaires. Magiques ou merveilleux, perdues, dérobées, en métamorphose, maudites - que l'on songe au Portrait ovale d’Edgar Poe ou au Portrait de Dorian Gray d'Oscar Wilde, par exemple - ces œuvres mythiques ou romanesques ont nourri de leurs fables l’imagination des artistes et les débats sur l’art. Or l'émission d'aujourd'hui traite de tableaux bien réels mais dont le retentissement fut essentiellement littéraire. Leur gloire fut portée par la plume du plus fameux érudit de l’Antiquité, Pline l’ancien, qui au Ier siècle tenta de rassembler dans une encyclopédie la totalité des connaissances de l'époque. Parmi les trente-sept volumes de son Histoire naturelle nous est parvenu un ouvrage intitulé  De la peinture  dans lequel est évoquée une scène qu'artistes et historiens n'ont cessé de commenter pendant deux millénaires. Au tournant du Ve et du IVe siècle avant J.-C, deux des plus grands peintres de la période classique de l’Antiquité, Zeuxis et Parrhasios, se lancèrent un défi public. La question de l’imitation, ou plus précisément de la perfection technique du trompe l’œil, était au cœur de leur dispute. Les deux maîtres confrontèrent donc leur savoir en produisant deux réalisations extraordinaires qui sont restées dans l’histoire...

Les questions sur le réalisme, le mimétisme, la part de l'art et la part de l'invention, les critères d'évaluation d'une oeuvre d'art soulevés par ce récit fondateur n'ont guère perdu de leur actualité.

Publicité

Avec Fabien Vallos, théoricien, traducteur, éditeur, artiste et commissaire indépendant.

Textes lus par Nathalie Kanoui.

Chargée de recherche : Maurine Roy

La série Les œuvres d'art qui ont changé le monde est proposée en partenariat avec Beaux Arts Magazine.