Marguerite Duras en mars 1974 ©Getty - Jacques Haillot - Sygma
Marguerite Duras en mars 1974 ©Getty - Jacques Haillot - Sygma
Marguerite Duras en mars 1974 ©Getty - Jacques Haillot - Sygma
Publicité
Résumé

Roman colonial empreint d'injustice, "Un barrage contre le Pacifique" se révèle encore aujourd'hui, d'une brûlante actualité...

avec :

Colette Fellous (écrivain.), Joëlle Pagès-Pindon (Chercheuse).

En savoir plus

Un barrage contre le Pacifique de Marguerite Duras ouvre le début du cycle indochinois qui donnera plus tard L’Amant et L’Amant de la Chine du Nord, Un barrage contre le Pacifique est un roman colonial et violent, écrasé de chaleur, d’alcool et d’injustice : une institutrice, la mère, veuve, obtient de la Direction générale du cadastre de l’administration coloniale indochinoise, la concession d’une exploitation agricole aux confins du Cambodge et de la Cochinchine, terres qui se révèlent incultivables. Avec sa fille Suzanne et son fils Joseph, cette mère va tenter de se battre contre le Pacifique et l’inexorable. Lu depuis le XXIème siècle et en plein combat décolonial et féministe Un barrage contre le Pacifique se révèle d’une brûlante actualité.

Les invités du jour

Mathias Enard reçoit

Publicité
À lire aussi : Dernière page
59 min

Un roman d'engagement anticolonial

Le roman s'ouvre sur la mort du cheval, récemment acheté, puis cette mort va planer sur tout le roman avant de s'abattre sur le personnage de la mère. Joelle Pagès-Pindon évoque cette ironie tragique dans Le barrage contre le Pacifique qu'elle considère comme la matrice de l'oeuvre de Marguerite Duras.
Les Cahiers de la guerre sont le travail préparatoire au roman, un récit fidèle à ses souvenirs d'enfance. Marguerite Duras dans son désir d'écrire souhaite "lutter contre l'enfouissement". Le barrage contre le Pacifique est un roman d'engagement anticolonial, Marguerite Duras vient d'un milieu colonialiste, la guerre constitue une grande rupture dans son parcours, elle va s'engager au parti communiste et prendre un chemin tout à fait différent. 
Colette Fellous précise les conditions d'écriture du roman "Marguerite Duras élevait un tout petit enfant pendant l'écriture de ce chef-d'œuvre ; elle a dû se souvenir de son enfance de façon encore plus violente et plus forte".

Extrait

"Il leur avait semblé à tous les trois que c'était une bonne idée d'acheter ce cheval. Même si ça ne devait servir qu'à payer les cigarettes de Joseph. D'abord, c'était une idée, ça prouvait qu'ils pouvaient encore avoir des idées. Puis ils se sentaient moins seuls, reliés par ce cheval au monde extérieur, tout de même capables d'en extraire quelque chose, de ce monde, même si ce n'était pas grand-chose, même si c'était misérable, d'en extraire quelque chose qui n'avait pas été à eux jusque-là, et de l'amener jusqu'à leur coin de plaine saturé de sel, jusqu'à eux trois saturés d'ennui et d'amertume."

Marguerite Duras en février 1961
Marguerite Duras en février 1961
© Getty - McKeown - Hulton archive

Générique

Archives

  • Marguerite Duras fait la présentation du barrage contre le Pacifique en 1955 au moment de l’adaptation radiophonique du roman
  • Marguerite Duras en 1962 au micro de José Pivin
  • India Song interprété par Jeanne Moreau

Lecture par Delphine Cogniard

2h 04
Références

L'équipe

Mathias Enard
Mathias Enard
Mathias Énard
Production
Agnès Cathou
Réalisation
Aurélie Marsset
Collaboration