Le Horla, de Guy de Maupassant
Le Horla, de Guy de Maupassant
Le Horla, de Guy de Maupassant - Par William Julian-Damazy (dessin), Georges Lemoine (illustration) —Bibliothèque en ligne Gallica, Domaine public, Wikimedia.Commons
Le Horla, de Guy de Maupassant - Par William Julian-Damazy (dessin), Georges Lemoine (illustration) —Bibliothèque en ligne Gallica, Domaine public, Wikimedia.Commons
Le Horla, de Guy de Maupassant - Par William Julian-Damazy (dessin), Georges Lemoine (illustration) —Bibliothèque en ligne Gallica, Domaine public, Wikimedia.Commons
Publicité
Résumé

Sauriez-vous réaliser un sans faute ? Chacun est invité à prendre son stylo pour participer à cette expérience collective. Aujourd'hui, c'est Delphine Saubaber qui se prête au jeu de la dictée.

En savoir plus

Réviser ses classiques tout en s’amusant, tester et améliorer son orthographe, sans pourtant être noté. Nous vous proposons une dictée et sa correction, à faire seul ou en famille, muni d’un papier et d’un crayon, en compagnie aujourd’hui de Delphine Saubaber, ancienne journaliste et Prix Albert Londres, et auteure d'un premier roman paru aux éditions Lattès, La fille de la grêle.

Cette semaine, la dictée est un extrait du Horla, une nouvelle fantastique de Guy de Maupassant, parue en 1886. Dans un journal intime, le narrateur rapporte ses angoisses et ses troubles. Il sent progressivement, autour de lui, la présence d'un être invisible, sombre peu à peu dans une forme de folie, en cherchant à se délivrer de cet être surnaturel qui le hante, il évoque la folie, et également la campagne qu’on retrouve dans La fille de la grêle.

Publicité

Contexte de la dictée : le narrateur pense avoir piégé la personne qui le suit…

TEXTE DE LA DICTÉE

"Tout à coup, je compris qu’il s’agitait autour de moi, qu’il avait peur à son tour, qu’il m’ordonnait de lui ouvrir. Je faillis céder ; je ne cédai pas, mais m’adossant à la porte, (fin de la dictée pour les écoliers) je l’entrebâillai, tout juste assez pour passer, moi, à reculons ; et comme je suis très grand ma tête touchait au linteau. J’étais sûr qu’il n’avait pu s’échapper et je l’enfermai, tout seul, tout seul. Quelle joie ! Je le tenais ! Alors, je descendis, en courant ; je pris dans mon salon, sous ma chambre, mes deux lampes et je renversai toute l’huile sur le tapis, sur les meubles, partout ; puis j’y mis le feu…"

La dictée de Delphine Saubaber
La dictée de Delphine Saubaber
© Radio France - France-Culture

Une dictée à suivre sur l’antenne de France culture, en vidéo sur le Facebook de la chaine, et à retrouver plus tard si vous le souhaitez sur le fil de vos podcasts.

Pour en savoir plus sur notre invitée

Ancienne grand reporter à l'Express, Prix Albert Londres de la presse écrite en 2010, Delphine Saubaber est désormais écrivaine. La fille de la grêle est son premier roman, chant d'amour d'une mère au soir de sa vie à sa fille, hommage filial qui mêle le souvenir personnel et la fiction, la campagne et le monde paysan.

"Un soir de sa vie, dans un dernier souffle, Marie décide de livrer à sa fille Adèle l’histoire de sa propre enfance, qu’elle lui a toujours tue.
Joseph et Madeleine, ses parents, n’ont connu qu’une vie de labeur à la ferme des Glycines. Marie et Jean, son petit frère, ont grandi là, sur une combe d’herbe grasse, les alouettes pour seuls témoins de leurs jeux. Mais Jean est différent. Il a beau converser avec les grillons, il ne parle pas, n’entend pas, et ça ne plaît pas à Joseph. Quand la grêle s’abat sur les Glycines, la démence s’empare du père jusqu’à gagner la famille tout entière" (éd. JC Lattès 2022, présentation de l'éditeur).

Delphine Saubaber, invitée de La grande Dictée sur France-Culture, juin 2022
Delphine Saubaber, invitée de La grande Dictée sur France-Culture, juin 2022
© Radio France - Corinne Amar