"Les fausses confidences" par Luc Bondy - Isabelle Huppert et Louis Garrel
"Les fausses confidences" par Luc Bondy - Isabelle Huppert et Louis Garrel
"Les fausses confidences" par Luc Bondy - Isabelle Huppert et Louis Garrel  - Capture d'écran Arte.tv
"Les fausses confidences" par Luc Bondy - Isabelle Huppert et Louis Garrel - Capture d'écran Arte.tv
"Les fausses confidences" par Luc Bondy - Isabelle Huppert et Louis Garrel - Capture d'écran Arte.tv
Publicité
Résumé

Pour cette "Dispute Maison", trois critiques de France Culture, Lucile Commeaux (La Dispute), François Angelier (Mauvais Genre) et Marie Richeux (Par les temps qui courent) débattent de l’adaptation télévisée des "fausses confidences" de Marivaux par Luc Bondy, à voir ou à revoir en ligne gratuitement.

En savoir plus

Lucile Commeaux, productrice délégué de La Dispute invite deux critiques pour discuter de l'actualité culturelle dans une émission au format poche "faite maison". Au programme : cinéma, spectacle, série, opéra, bande-dessinée, etc... le tout accessible en ligne depuis chez soi. En 15 minutes : un sujet et un débat pour une "Dispute maison".

A notre affiche Les Fausses confidences de Marivaux**,** adaptées pour le petit écran par Luc Bondy, du théâtre donc ! ou plus exactement du théâtre au cinéma ou l'inverse.

Publicité

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

En 2015, alors qu’il est directeur du théâtre de l’Odéon et que sa mise en scène des fausses confidences triomphe pour la deuxième fois sur les planches de son théâtre, Luc Bondy profite de la réunion de sa prestigieuse distribution (Isabelle Huppert, Louis Garrel, Bulle Ogier...) pour adapter sa pièce pour le petit écran. Pendant trois semaines, ils tourneront dans les coulisses du théâtre et ses alentours la journée et joueront sur scène le soir. Résultat, une version resserrée entre théâtre et cinéma de la célèbre pièce de Marivaux. Ce film, ultime projet de Luc Bondy, diffusé sur Arte en 2016 est accessible à nouveau gratuitement et en ligne sur le site du théâtre de l’Odéon (lien en bas de page).

En résumé : Les fausses confidences, une comédie en trois actes de Marivaux, est jouée pour la première fois en 1737 : Dorante (Louis Garrel) est un jeune homme de bonne famille, fort bien fait mais ruiné, il est introduit par son ancien valet Dubois (Yves Jacques) chez sa nouvelle maîtresse, une riche veuve répondant au doux nom d’Amarinte (Isabelle Huppert), dont le jeune homme s’éprend immédiatement. L’union de la bonne mine et de la bonne fortune paraît gagnée d’avance mais c’est sans compter les autres intrigants qui ne tiennent pas à ce mariage…

Un objet hybride

François Angelier "Luc Bondy saisit parfaitement le mystère d'un lieu de théâtre débarrassé de sa fonction première, qui est celle d'accueillir un public, puisqu'on n'est pas dans un théâtre, on est chez des gens. (…) On ne voit rien de l'Odéon qui soit véritablement du théâtre. Le film est tourné entièrement dans tout ce qui est annexe autour de la salle et autour de la scène. (…) Il y a un mystère à être au cœur du théâtre et en même temps à sa périphérie. Cet endroit détourné de sa fonction acquiert une magie extraordinaire. (…) On suit parfaitement l'intrigue sans véritablement communier à cet aspect bizarre. C’est un peu comme "Le fantôme de l'opéra", à la fois extrêmement complexe mais parfaitement réussi, ajusté et très mystérieux." 

Marie Richeux "Sur le plan de la photographie, on est tout de suite nimbé de lumière et d'un halo qui recouvre, qui enveloppe les corps... (...) On est du côté du fantasme, du songe, du rêve  (…) Il y a une dissonance à se laisser emporter par cet objet-là dans le moment que l’on traverse. J’ai d’abord eu des réticences, puis... 

je me suis vraiment fait choper le cœur, par la langue et par le jeu." 

Lucile Commeaux "J’ai mis du temps à accommoder mon regard à l'hybridité de cet objet. Ce texte de Marivaux n'est peut-être pas le texte de théâtre le plus facile pour ce type d'exercice. Voir des vrais corps, des corps de cinéma interpréter ce type de personnages crée un effet de décalage ou de faux rythme qui est assez difficile à entendre au départ. C’est angoissant de voir ce théâtre vide, le film est assez difficile à regarder pour cette raison là." 

Une distribution impressionnante

Marie Richeux "Les regarder évoluer dans ce grand espace a été un étourdissement jubilatoire et sensuel. Ils jouent tous très bien, c'est de la haute volée. Ils maîtrisent le texte et ses subtilités. C'est vraiment très beau de voir une distribution qui est parfaite de bout en bout. (...) Isabelle Huppert et Louis Garrel sont des acteurs avec lesquels j'ai parfois du mal à trouver la bonne écoute, et là, je me suis laissée fasciner. Il y a une immense fluidité c'est un régal." 

François Angelier "L'interprétation est magique. Louis Garrel a un côté damoiseau, Rastignac, de jeune arriviste mondain et en même temps, dans le visage, quelque chose de brut, d'un peu massif, qui fait que le personnage est toujours dans une sorte d'ambiguïté entre la violence de son arrivisme et une espèce d'adolescence qui perdure. Le valet, intrigant et tout à fait extraordinaire et Huppert me semble très bien. Elle arrive à équilibrer un film qui pourrait se transposer dans les années 40, 30 ou 60, dans la grande bourgeoisie parisienne, avec cet élément de marivaudage mondain, d'intrigues, un petit côté Renoir par moments et en même temps, on est chez Marivaux. Elle a une appréhension de la langue de Marivaux qui n'est pas du tout forcée, le texte n'est pas dénaturé, il y a un équilibre. C'est vraiment là le testament d’un très grand metteur en scène, d'équilibré à la fois cette réécriture et la vérité du classique théâtral." 

Autre proposition de théâtre à voir chez soi...

  • Phèdre ! de François Gremaud, à voir en ligne jusqu’au 31 décembre 2020 sur France.tv. "Ce Phèdre ! de Racine pourrait avoir en sous-titre : conférence espiègle et insolite. Seul sur scène, armé d'un livre, le comédien campe tous les personnages et fait revivre sous nos yeux la force des passions à l'oeuvre dans la pièce."

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Les critiques de La Dispute en débattait dans l’émission du 24 février 2019. Extraits : « Au-delà d’un Phèdre pour les nuls, c’est une approche ludique et décomplexée de la tragédie racinienne. » Marie-José Sirach - « Tous les professeurs de français doivent se précipiter avec leurs élèves pour voir ce spectacle » René Solis

À réécouter (à partir de 23'20'') : Théâtre "La Carpe et le Lapin", "Angels in america", "Phèdre !" et "Motel"

"Culture Maison", un rendez-vous quotidien et une newsletter

Retrouvez chaque jour une proposition culturelle avec Culture Maison, et abonnez-vous à la newsletter pour la recevoir dans votre boite email avec deux autres suggestions : une fiction audio signée France Culture et une émission de savoirs pour votre culture générale.

Pour afficher ce contenu Qualifio, vous devez accepter les cookies Mesure d'audience.

Ces cookies permettent d’obtenir des statistiques d’audience sur nos offres afin d’optimiser son ergonomie, sa navigation et ses contenus. 

Références

L'équipe

Lucile Commeaux
Production
marie Richeux
marie Richeux
Marie Richeux
Production
Antoine Lachand
Antoine Lachand
Antoine Guillot
Chronique
Lucile Commeaux
Production déléguée
Emmanuel Dupuy
Chronique
Yasmine Youssi
Chronique
Marie-Aude Roux
Chronique
Olivier Lamm
Chronique
René Solis
Chronique
Murielle Joudet
Chronique
Julien Gester
Chronique
Thierry Chèze
Chronique
Hugo Cassavetti
Chronique
Romain Burrel
Chronique
Iris Brey
Chronique
Joseph Ghosn
Chronique
Sophie Rosemont
Chronique
Laurent Nunez
Chronique
Corinne Rondeau
Chronique
Florian Gaité
Chronique
Daniel Martin
Chronique
Harry Bellet
Chronique
Anaël Pigeat
Chronique