"Barbara Hepworth", "50 ans de photographie française de 1970 à nos jours", "Ursula Schulz-Dornburgzone Grise / The Land in between"
"Barbara Hepworth", "50 ans de photographie française de 1970 à nos jours", "Ursula Schulz-Dornburgzone Grise / The Land in between"
"Barbara Hepworth", "50 ans de photographie française de 1970 à nos jours", "Ursula Schulz-Dornburgzone Grise / The Land in between"
"Barbara Hepworth", "50 ans de photographie française de 1970 à nos jours", "Ursula Schulz-Dornburgzone Grise / The Land in between"
"Barbara Hepworth", "50 ans de photographie française de 1970 à nos jours", "Ursula Schulz-Dornburgzone Grise / The Land in between"
Publicité
Résumé

Au sommaire de cette Dispute Arts Plastique : "Barbara Hepworth" au Musée Rodin, "Ursula Schulz-Dornburgzone Grise / The Land in between" à la Maison Européenne de la Photographie, "50 ans de photographie française de 1970 à nos jours", de Michel Poivert (éditions Textuel),

avec :

Yasmine Youssi (Journaliste à Télérama), Stéphane Corréard (Critique d'art, directeur du salon Galeristes, participe à La Dispute sur France Culture, signataire de la Tribune “Non au «cadeau» de Jeff Koons” dans Libération), Corinne Rondeau (Maître de conférences en esthétique et sciences de l’art à l’Université de Nîmes et critique d'art).

En savoir plus

"Barbara Hepworth", la sculpture d'un monde moderne.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Présentation : Le musée Rodin, en collaboration avec la Tate, présente l’œuvre de Barbara Hepworth (1903-1975), figure majeure de la sculpture britannique du XXe siècle. Encore aujourd’hui méconnue en France, Barbara Hepworth, qui côtoyait Henry Moore, Picasso ou Mondrian, a pourtant révolutionné la sculpture et fait émerger une nouvelle sensibilité esthétique. Ses œuvres abstraites, aussi pures que poétiques aspirent à un monde idéal et pacifique. Le musée Rodin rend hommage à cette femme artiste et présente ses œuvres saisissantes, entre vide et plein, qui s’emparent du visiteur et ne le quittent plus.

Plus d’informations : "Barbara Hepworth" // jusqu’au 22 mars au Musée Rodin

Publicité

L’avis des critiques : (à venir)

"Ursula Schulz-Dornburgzone Grise / The Land in between",  la première rétrospective en France de l’artiste allemande.

"Ursula Schulz-Dornburgzone Grise / The Land in between"
"Ursula Schulz-Dornburgzone Grise / The Land in between"

Présentation : Depuis plus de cinquante ans, Ursula Schulz-Dornburg explore, à travers son travail, la relation entre l’environnement bâti et le paysage. Souvent attirée par les théâtres de conflits sociaux, politiques et culturels, ou des régions qui revêtent une importance historique, elle met en lumière la façon dont le pouvoir, les conflits, le temps et le déclin perturbent le paysage et le transforment, le marquant pour les décennies à venir.

Plus d’informations : "Ursula Schulz-Dornburgzone Grise / The Land in between" // jusqu’au 16 janvier à La Maison Européenne de la Photographie

L’avis des critiques : (à venir)

"50 ans de photographie française de 1970 à nos jours", de Michel Poivert (éditions Textuel), une scène française bien plus qu’une « école ».

"50 ans de photographie française de 1970 à nos jours"
"50 ans de photographie française de 1970 à nos jours"

Présentation : Cet ouvrage vient combler un manque : aucune synthèse ne permettait jusqu’ici d’apprécier la nature et l’ampleur de la photographie française depuis la fin des Trente Glorieuses. Le pari est osé : comment inclure les différentes pratiques photographiques allant de l’information à l’art contemporain ?
Par des approches thématiques, telles que le renouvellement du reportage, la passion pour le paysage ou bien le témoignage social, l’ouvrage permet de reconstituer la diversité d’une scène française. Du journal au musée, du récit de soi à l’ambition documentaire, du témoignage militant à l’expérimentation plastique, la photographie a fait sa révolution culturelle pour ne plus être qu’un métier ou une passion, mais bien un langage expressif.

L’avis des critiques : (à venir)

Coup de cœur de Yasmine Youssi pour "Bruce Gilden Lost & Found" (Editions Xavier Barral)

"Bruce Gilden Lost & Found" (Editions Xavier Barral)
"Bruce Gilden Lost & Found" (Editions Xavier Barral)

Présentation : New York 1978-1984, les premières images de jeunesse du photographe américain, membre de l’agence Magnum Photos, redécouvertes à la suite d’un déménagement et publiées pour la première fois dans cet ouvrage. Parmi ces milliers d’images inédites qu’il n’avait pour la plupart jamais vues lui-même, Gilden en a sélectionnées une centaine. Cette archive historique, qui refait surface quarante ans plus tard, dessine le portrait d’un New York, sa ville natale, hors du temps et dévoile un pan méconnu de l’œuvre de l’artiste : des images réalisées sans flash et presque uniquement à l’horizontal, l’inverse de ce qui le rendra célèbre des années plus tard. L’entretien qui accompagne les photographies, réalisé par Sophie Darmaillacq, explore la construction du photographe à travers son histoire personnelle mais aussi ses influences et son rapport aux autres.

Références

L'équipe

Arnaud Laporte
Arnaud Laporte
Arnaud Laporte
Production
Antoine Lachand
Antoine Lachand
Antoine Guillot
Chronique
Catherine Robin
Chronique
Charles Arden
Chronique
Lucile Commeaux
Production déléguée
Emmanuel Dupuy
Chronique
Yasmine Youssi
Chronique
Laura Capelle
Chronique
Laurent Bury
Chronique
Philippe Azoury
Chronique
Marie-Aude Roux
Chronique
Thomas Corlin
Chronique
Olivier Lamm
Chronique
Marie Sorbier
Chronique
René Solis
Chronique
Sally Bonn
Chronique
Boris Pineau
Collaboration
Murielle Joudet
Chronique
Julien Gester
Chronique
Sophie Bourdais
Chronique
Thierry Chèze
Chronique
Hugo Cassavetti
Chronique
Iris Brey
Chronique
Joseph Ghosn
Chronique
Sophie Rosemont
Chronique
Laurent Nunez
Chronique
Olivier Joyard
Chronique
Corinne Rondeau
Chronique
Florian Gaité
Chronique
Sonia Déchamps
Chronique
Aïssatou N'Doye
Collaboration
Alexandre Fougeron
Réalisation
Mathilde Wagman
Chronique
Anaël Pigeat
Chronique