"La collection Alana, chefs d'œuvre de la peinture italienne", "Degas à l'opéra", "Marche et démarche, une histoire de la chaussure"
"La collection Alana, chefs d'œuvre de la peinture italienne", "Degas à l'opéra", "Marche et démarche, une histoire de la chaussure"
"La collection Alana, chefs d'œuvre de la peinture italienne", "Degas à l'opéra", "Marche et démarche, une histoire de la chaussure"
"La collection Alana, chefs d'œuvre de la peinture italienne", "Degas à l'opéra", "Marche et démarche, une histoire de la chaussure"
"La collection Alana, chefs d'œuvre de la peinture italienne", "Degas à l'opéra", "Marche et démarche, une histoire de la chaussure"
Publicité
Résumé

Au sommaire de cette Dispute Arts Plastiques : "La collection alana, chefs d'œuvre de la peinture italienne", "Degas à l'opéra", "Marche et démarche, une histoire de la chaussure" et le Coup de cœur de Sally Bonn pour "Par Hasard"

avec :

Fabrice Bousteau (Directeur de Beaux-Arts magazine), Sally Bonn (Auteure, critique et Maître de conférence en esthétique à l'Université d'Amiens), Anaël Pigeat (Editor-at-large du mensuel The Art Newspaper édition française, critique d’art et journaliste à Paris Match, productrice de documentaires sur France-Culture, ancienne critique à La Dispute sur France Culture).

En savoir plus

"La collection Alana, chefs d'œuvre de la peinture italienne"

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

"La collection Alana, chefs d'œuvre de la peinture italienne"
"La collection Alana, chefs d'œuvre de la peinture italienne"

Présentation : À la rentrée 2019, le Musée Jacquemart-André met à l’honneur la Collection Alana, l’une des plus précieuses et secrètes collections privées d’art de la Renaissance italienne au monde, actuellement conservée aux Etats-Unis. En écho à son exceptionnelle collection d’art italien, le Musée Jacquemart André présente plus de 75 chefs-d’œuvre des plus grands maitres italiens comme Lorenzo Monaco, Fra Angelico, Uccello, Lippi, Bellini, Carpaccio, Le Tintoret, Véronèse, Bronzino ou Gentileschi. Cette exposition offre l’occasion unique d’admirer pour la première fois des tableaux, sculptures et objets d’art qui n’avaient jusque-là jamais été présentés au public.

Plus d'informations : "La collection Alana, chefs d'œuvre de la peinture italienne" //  jusqu’au 20 janvier 2020 au musée Jacquemart Andre

Publicité

L'avis des critiques :

« Une exposition trésor, avec une première salle à l’accrochage très dense qui reprend une disposition classique entre le 13e et le 16eme. Il y a un éclatement de couleur, de dorure, un réel plaisir du regard. Les tableaux se côtoient sans hiérarchie, c’est un rassemblement d’œuvre de grand maitre et d’autres moins connues. » Sally Bonn

« Une exposition très vivante. Un regard conceptuel sur 5 siècles de peinture italienne qui finit par le début de caravagisme et la fin du baroque. L’accrochage conduit bien le regarde et crée des liens entre les œuvres pour nous transcender par de nombreux tableaux religieux. » Anaël Pigeat

« Une exposition fabuleusement chaotique qui fait exploser la couleur. Une collection d’art ancien qui est très adapté aux jeunes. Une succession de couleur qui apporte une fraicheur hallucinante. La somme des œuvres couplés au mobilier, l’architecture et l’ambiance du musée Jacquemart André crée un mélange sublime. Un chaos jussif qui incite à voir un regard neuf. » Fabrice Bousteau

"Degas à l'opéra"

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Présentation : Sur toute sa carrière, de ses débuts dans les années 1860 jusqu'à ses oeuvres ultimes au-delà de 1900, Degas a fait de l'Opéra le point central de ses travaux, sa "chambre à lui". Il en explore les divers espaces - salle et scène, loges, foyer, salle de danse -, s'attache à ceux qui les peuplent, danseuses, chanteurs, musiciens de l'orchestre, spectateurs, abonnés en habit noir hantant les coulisses. Cet univers clos est un microcosme aux infinies possibilités et permet toutes les expérimentations : multiplicité des points de vue, contraste des éclairages, étude du mouvement et de la vérité du geste.

Plus d'informations : "Degas à l'opéra", jusqu’au 19 janvier 2020 au musée d’Orsay

L'avis des critiques :

« La beauté du geste. Degas expérimente beaucoup dans cet atelier de recherche qu’est le lieu de l’opéra. On sent la part essentielle du dessin, l’importance du geste, l’expérimentation de la sculpture, de la photographie avec une formidable expérience de la couleur. Comment Degas passe du naturaliste à l’impressionnisme avec en point centrale l’opéra. » Sally Bonn

« Une exposition qui brille et qui aborde le thème de l’opéra dans un thème très structurant est synthétique. Un véritable témoignage de la vie des danseuses. On sent la méfiance de Degas pour ces petites danseuses épiées par leurs "protecteurs". » Anaël Pigeat

"Marche et démarche, une histoire de la chaussure"

Présentation : Le thème de cette exposition est né lors de l’étude, dans les collections du musée, d’un soulier porté par Marie-Antoinette en 1792. Cet objet est étonnant par ses dimensions puisqu’il mesure 21 cm de long, et pas plus 5 cm de large. Comment une femme alors âgée de 37 ans pouvait-elle glisser son pied dans un soulier aussi menu ? La recherche dans les textes de l’époque – chroniques, mémoires, romans – révèle que les dames de l’aristocratie au XVIIIe siècle, puis de la haute bourgeoisie au XIXe siècle, marchaient peu, que leur mobilité était contrôlée et que l’univers urbain leur était hostile.

Plus d'informations : "Marche et démarche, une histoire de la chaussure" //  jusqu’au 23 février au Musée d’Art Moderne de Paris

L'avis des critiques : 

« Une grande fresque culturelle par le prisme de la chaussure. Une histoire du déplacement, de la mobilité, politique et sociale : une quête du confort. » Sally Bonn

« Le monde vu par la chaussure. On apprend beaucoup de choses et on s’amuse beaucoup. Une approche sociologique de la chaussure avec notamment le culte des petits pieds en Asie. Une vision du monde par la chaussure. » Anaël Pigeat

« Une exposition très dense et scénographié qui réunit 500 œuvres, on s’amuse beaucoup. Ce n’est pas une histoire de la chaussure, mais du style de la marche et de la démarche. L’exposition s’achève sur une installation hallucinante. » Fabrice Bousteau

Coup de cœur de Sally Bonn pour "Par Hasard"

Par Hasard - Vue d'exposition Friche la Belle de Mai 2019 © Caroline Dutrey
Par Hasard - Vue d'exposition Friche la Belle de Mai 2019 © Caroline Dutrey

Présentation : Du milieu du XIXe siècle jusqu'à nos jours, nombre d'artistes ont confié leur talent au seul hasard. Rencontre fortuite, inattendu, coïncidence, surprise, aléatoire ou inadvertance deviennent alors maître d'œuvre. L'exposition, pensée en deux volets, rassemble les œuvres de 120 artistes !

Plus d'informations : "Par Hasard" // jusqu’au 23 février 2020 à La Vieille Charité et La Friche belle de mai à Marseille

Références

L'équipe

Arnaud Laporte
Arnaud Laporte
Arnaud Laporte
Production
Antoine Lachand
Antoine Lachand
Antoine Guillot
Chronique
Catherine Robin
Chronique
Charles Arden
Chronique
Lucile Commeaux
Production déléguée
Emmanuel Dupuy
Chronique
Yasmine Youssi
Chronique
Laura Capelle
Chronique
Laurent Bury
Chronique
Philippe Azoury
Chronique
Marie-Aude Roux
Chronique
Thomas Corlin
Chronique
Olivier Lamm
Chronique
Marie Sorbier
Chronique
René Solis
Chronique
Sally Bonn
Chronique
Boris Pineau
Collaboration
Murielle Joudet
Chronique
Julien Gester
Chronique
Sophie Bourdais
Chronique
Thierry Chèze
Chronique
Hugo Cassavetti
Chronique
Iris Brey
Chronique
Joseph Ghosn
Chronique
Sophie Rosemont
Chronique
Laurent Nunez
Chronique
Olivier Joyard
Chronique
Corinne Rondeau
Chronique
Florian Gaité
Chronique
Sonia Déchamps
Chronique
Aïssatou N'Doye
Collaboration
Alexandre Fougeron
Réalisation
Mathilde Wagman
Chronique
Anaël Pigeat
Chronique