"Monumenta 2016, Huang Yong Ping", "Chefs-d'oeuvre de Budapest"
"Monumenta 2016, Huang Yong Ping", "Chefs-d'oeuvre de Budapest"
"Monumenta 2016, Huang Yong Ping", "Chefs-d'oeuvre de Budapest"
"Monumenta 2016, Huang Yong Ping", "Chefs-d'oeuvre de Budapest"
Publicité

Huang Yong Ping occupe la Nef du Grand Palais jusqu'au 18 juin, dans le cadre de la Monumenta 2016. Anaël Pigeat et Eric Loret nous en parleront, ainsi que des "Chefs-d'oeuvre de Budapest", au Musée du Luxembourg jusqu'au 10 juillet.

Avec
  • Eric Loret Journaliste
  • Anaël Pigeat Editor-at-large du mensuel The Art Newspaper édition française, critique d’art et journaliste à Paris Match, productrice de documentaires sur France-Culture, ancienne critique à La Dispute sur France Culture

Après Anselm Kiefer, Richard Serra, Christian Boltanski, Anish Kapoor, Daniel Buren et Ilya et Emilia Kabakov, c'est au tour de Huang Yong Ping d'occuper la Nef du  Grand Palais pour la Monumenta 2016. Représentant de l’avant-garde artistique chinoise, il imagine une installation spectaculaire, qui est aussi une réflexion sur les transformations de notre monde.

"Monumenta 2016, Huang Yong Ping", jusqu'au 18 juin à la Nef du Grand Palais.

Publicité
"Monumenta 2016, Huang Yong Ping"
"Monumenta 2016, Huang Yong Ping"

Le Musée du Luxembourg accueille les chefs-d’oeuvre des musées de Budapest. Le célèbre Szépmuvészeti Múzeum, en cours de rénovation, se joint à la Galerie Nationale Hongroise pour présenter à Paris les fleurons de leurs collections, depuis la sculpture médiévale jusqu’au symbolisme et à l’expressionnisme. L’exposition rassemble quatre-vingt peintures, dessins et sculptures de Dürer, Cranach, Greco, Goya, Manet, Gauguin, Kokoschka et une dizaine d’oeuvres emblématiques de l’art hongrois offrant une perspective inattendue sur l’art européen.

"Chefs-d'oeuvre de Budapest" au Musée du Luxembourg jusqu'au 10 juillet.

"Chefs d'oeuvres de Budapest"
"Chefs d'oeuvres de Budapest"
- Musée du Luxembourg

La revue de presse culturelle d'Antoine Guillot :

Pour écouter la revue de presse culturelle et quotidienne d'Antoine Guillot, cliquez ici

L'art contemporain, un danger public

Le Musée Maillol va réouvrir avec une exposition Ben. Mauvaise idée, tant l'art contemporain est dangereux pour la santé, celle des visiteurs ou des artistes, mais aussi pour les musées, voir les déboires financiers du Met et du MoMA à New York. Luc Ferry aurait-il raison ?

L'Invité de la Dispute, Boris Charmatz :

Retrouvez le choix du danseur et chorégraphe français ici

Les coups de cœur :

"Sylvie Blocher - Les Mots qui manquent / The Missing Words", au  Musée d'art et d'histoire de Saint-Denis, jusqu'au 30 mai.

L'équipe