France Culture
France Culture
Publicité

Ce soir, La Dispute se penche sur l’actualité cinématographique avec les critiques suivants :

  • Charlotte Garson (Cahiers du Cinéma)
  • Alain Spira (Paris Match)
  • Emmanuel Burdeau (Mediapart)

Les films suivants seront passés en revue :

Publicité

-*Le Passé * d'Asghar Farhadi (sorti le 17 mai en compétition à Cannes)

Le passé
Le passé

C’est avec « À propos d'Elly », pour lequel il reçoit l’Ours d'argent du meilleur réalisateur à Berlin en 2009, que le réalisateur iranien, qui n’a alors que 37 ans, s’impose véritablement sur la scène internationale.

Deux ans plus tard, Farhadi revient à la Berlinale pour y présenter « Une séparation ». Le film remporte cette fois l'Ours d'or et les Prix d'interprétation féminine et masculine pour l'ensemble de la distribution. Puis il reçoit, en 2012, le Golden Globe, le César et l'Oscar du meilleur film étranger. 1 million d’entrées en salles en France pour ce film iranien.« Le passé » marque une double première pour le cinéaste, puisque le film est tourné en France avec une distribution quasi-exclusivement française, à l’exception d’Ali Mosaffa, cinéaste lui-même, et qui est un nouveau venu devant la caméra de Farhadi .Autre première : la présence à Cannes de ce film très attendu, après le succès planétaire d’"Une séparation".Le point de départ scénaristique est assez simple, qui voit Marie-Bérénice Béjo- accueillir Ahmad –Ali Mosaffa- à l’aéroport de Roissy. Il y a quatre ans que ces deux là ne se sont pas vus, depuis qu’Ahmad est reparti vivre en Iran.On comprendra vite qu’Ahmad vient finaliser son divorce d’avec Marie, qui vit aujourd’hui avec Samir –Tahar Rahim- et le fils de celui-ci, en plus des deux filles que Marie a eu avec d’autres compagnons.Mais ce bref séjour va mettre au jour les différentes tensions et secrets entre les personnages.

Arnaud Laporte

-Le joli mai de Chris Maker et Pierre Lhomme (1962, version restaurée)

Le joli mai
Le joli mai

Ce film est né du désir de Chris Marker d’aller à la rencontre des habitants de Paris, et de les interviewer, afin de dresser un portrait sensible, politique, social, économique, intellectuel des habitants de la capitale.Ce film est aussi né des avancées technologiques, qui permettait tout juste, à l’époque, de filmer avec une caméra relativement légère, la KMT de chez Coutant, avec un son synchrone, grâce au Nagra, relié à la caméra par des câbles.Deux ans auparavant, Jean Rouch s’était servi de la même caméra pour sa « Chronique d’un été », tandis que les américains Richard Leachock ou Albert Maysles avaient pris un peu d’avance sur les français.Pierre Lhomme à la caméra, Antoine Bonfanti au son, deux interviewers : Henri Belly et Henri Crespi, et bien sûr Chris Marker, se sont donc baladés dans Paris, et ont sollicité des interviews aux personnes croisées qui leur semblaient intéressantes.Le résultat provient de 50 heures de rushes, dont Chris Marker réalisa un premier montage de 7 heures, une version qui lui semblait la bonne, mais qu’il dut réduire afin de permettre au film d’avoir une exploitation en salles. Le film faisait 2h36 à sa sortie.Pour cette restauration, Pierre Lhomme indique qu’il a fait les coupes que Marker souhaitait, et il dure maintenant 2h16.

Arnaud Laporte

Ainsi que les coups de cœur :

-de **Charlotte Garson ** : Shokuzai, celles qui voulaient se souvenir. (sortie le 29 mai), Shokuzai, celles qui voulaient oublier (sortie le 5 juin).

Shokuzai, celles qui voulaient se souvenir
Shokuzai, celles qui voulaient se souvenir
Shokuzai, celles qui voulaient oublier
Shokuzai, celles qui voulaient oublier

-d'Alain Spira : *Le Ciel et la Boue * de Pierre-Dominique Gaisseau, un DVD Chiloé Production.

Le Ciel et la Boue
Le Ciel et la Boue

Sans oublier l’irremplaçable revue de presse culturelle d’Antoine Guillot

Et le coup de fil passé à Brahim Fritah réalisateur franco-marocain à propos des p remières rencontres internationales des cinémas arabes à Marseille qui se déroulent du 28 mai au 2 juin. Le film de Brahim Fritah "Chroniques d'une cour de récré" sera projeté le 30 mai et le film sortira le 5 juin en salles.

Pastille introductive: Steven SPIELBERG

L'équipe

Arnaud Laporte
Arnaud Laporte
Arnaud Laporte
Production
Eric Loret
Collaboration
Didier Méreuze
Collaboration
Antoine Guillot
Antoine Guillot
Antoine Guillot
Production déléguée
Frédéric Bonnet
Collaboration
Frédérique Briard
Collaboration
Florence Ben Sadoun
Collaboration
Emily Barnett
Collaboration
Emmanuel Dupuy
Collaboration
Yasmine Youssi
Collaboration
Alain Spira
Collaboration
Joëlle Gayot
Collaboration
Etienne de Montety
Collaboration
Gwénola David-Gibert
Collaboration
Nathalie Crom
Collaboration
Fabienne Pascaud
Collaboration
Laurence Millet
Réalisation
Lisa Nesselson
Collaboration
Karine Papillaud
Collaboration
Léa Bismuth
Collaboration
Frédéric Ferney
Collaboration
Frédéric Potet
Collaboration
Philippe Delaroche
Collaboration
Marie-Aude Roux
Collaboration
Philippe Régnier
Collaboration
Olivier Lamm
Collaboration
René Solis
Collaboration
Richard Leydier
Collaboration
Mina Dos Santos
Collaboration
Seham Boutata
Collaboration
Patrick Sourd
Collaboration
David Comeillas
Collaboration
Hugo Cassavetti
Collaboration
Joseph Ghosn
Collaboration
Sabine Audrerie
Collaboration
Jean-Baptiste Thoret
Collaboration
Laurent Nunez
Collaboration
Anna Sigalevitch
Collaboration
Anne-Claire Norot
Collaboration
Jean-Max Colard
Collaboration
Charlotte Garson
Collaboration
Daniel Finot
Réalisation
Christophe Conte
Collaboration
Corinne Rondeau
Collaboration
Vincent Huguet
Collaboration
Véronique Mortaigne
Collaboration
Daniel Martin
Collaboration
Raphaël Sorin
Collaboration