France Culture
France Culture
Publicité
En savoir plus

Ce soir, La Dispute se penche sur l’actualité cinématographique avec les critiques suivants :

  • ** Charlotte Garson** (Cahiers du Cinéma)
  • Antoine Guillot (France Culture)
  • Alain Spira (Paris Match)

Les films suivants seront passés en revue :

Publicité
  • Promised Land de Gus Van Sant (sorti le 17 avril)

Le plaisir de jouer, c’est ce qu’a choisi Matt Damon, renonçant au dernier moment à réaliser lui-même « The promised land », dont il est l’un des producteurs et scénaristes. C’est vers Gus van Sant qu’il s’est tourné, et qui l’a en effet secouru, signant ainsi son 15ème long-métrage, récompensé par une Mention spéciale du jury au 63e Festival de Berlin.

*Le point de départ est simple. Nous allons suivre, durant 1h46, le sympathique Steve Butler, un gars de la campagne, représentant d’un grand groupe énergétique. *

Avec sa collègue Sue, il se rend dans une petite ville de campagne, en plein cœur de la Pennsylvanie profonde, une petite ville durement frappée par la crise économique.Les deux collègues sont là pour obtenir des habitants de ce coin reculé leur signatures au bas de contrats permettant à leur compagnie de forer leurs terres pour en extraire du gaz de schiste, par la méthode dite de la fracturation.Cette mission va s’avérer plus complexe que prévu…

Arnaud Laporte

  • *Paradis : Foi * & Paradis : Espoir d'Ulrich Seidl
Paradis : espoir
Paradis : espoir

Réalisée par Ulrich Seidl, cette trilogie aurait pu ou du être au départ un seul et même film. Devant l’incapacité d’arriver à un montage satisfaisant, le cinéaste a décidé de scinder en trois sa matière, et a réalisé, par ailleurs, un fait unique, qui a vu « Paradis : amour », le premier volet, en compétition au Festival de Cannes, l’année passée. Le second, « Paradis : Foi » a été sélectionné à la Mostra de Venise, où il reçut le Prix Spécial du Jury. Enfin, le troisième volet, « Paradis : Espoir », a concouru au Festival de Berlin, en début d’année.« Paradis : amour » est sorti dans les salles françaises le 9 janvier dernier.« Paradis : Foi », et « Paradis : Espoir » sortent demain.

Ulrich Seidl est un cinéaste qui divise, depuis une vingtaine d’années qu’il alterne documentaires et films de fictions, les seconds étant fortement imprégnés par la pratique des premiers.Ses détracteurs voient en lui le parangon du cinéaste autrichien : hyper formaliste et fondamentalement déprimant.Ses amateurs voient en lui un esthète qui restitue pleinement la violence ordinaire que produisent nos sociétés sur les individus.

Arnaud Laporte

Ainsi que les coups de cœurs :

d'Arnaud Laporte : Edouard et Caroline de Jacques Becker, un DVD Tamasa/Studio Canal.

Un film absolument réjouissant signé par Jacques Becker, le formidable réalisateur entre autres de "Falbala", d’"Antoine et Antoinette" (Palme d’or en 1947), "Touchez pas au grisbi", "Casque d’or", "Ali Baba et les Quarante voleurs" et "Le trou", une filmographie assez étourdissante car elle relève de genres extrêmement variés mais dans lesquels Becker a toujours su s’épanouir, tout comme Gus Van Sant qui lui aussi s’accommode de tous les genres. Sa mise en scène est toujours un concours d’élégance et de sophistication extrêmement discrète en même temps. Il fut assistant de Jean Renoir. Il a toujours su imprimer sa marque dans ses films même dans Ali Baba, taillé sur mesure pour Fernandel, un film que François Truffaut défendra dans "Les Cahiers du cinéma", vantant la formule de politique des auteurs. "Edouard et Caroline" est une des rares comédies américaines cent pour cent française. C’est une comédie de remariage dans laquelle Daniel Gélin et Anne Vernon sont irrésistibles et font merveille dans leurs engueulades amoureuses.

Arnaud Laporte

d'Alain Spira : *Hannah Arendt * de Margarethe von Trotta ( sortie le 24 avril)

Hannah Arendt
Hannah Arendt

*Ce film me réconcilie avec les biopics alors que "La dame de fer" m’en avait donné plutôt une phobie. Là on a un éclairage sur la période de la vie de la philosophe Hannah Arendt où le "New Yorker" l’a mandatée pour suivre le procès d’Eichmann à Jérusalem. Ce procès aura duré dix mois et elle en sortira très meurtrie car son regard de philosophe (et non pas de journaliste) a fait qu’elle a analysé ce qu’elle a vu, en en sortant certains concepts dont celui de banalité du mal. Elle a eu une analyse très critique sur le comportement des chefs de la communauté juive pendant la guerre et de leur éventuelle collaboration avec les nazis. Tout ça l’a mise au ban de ses pairs, de ses amis et cette femme s’est retrouvée très seule. C’est ce que parcourt ce film captivant dont le point culminant est un cours magistral qui dure huit minutes, qui est exceptionnel et signé de Barbara Sukowa, une actrice rare et précieuse. *

Alain Spira

Sans oublier, l’irremplaçable [revue de presse culturelle d’Antoine Guillot](Les films suivants seront passés en revue : - - Ainsi que les coups de cœurs : Sans oublier, l’irremplaçable revue de presse culturelle d’Antoine Guillot Et le coup de fil passé à )

Et le coup de fil passé à Dominique Païni commissaire de l'exposition "The Gaze of Michelangelo. Antonioni & The Arts" qui se déroule à Ferrare au Palazzo dei Diamanti du 10 mars au 9 juin.

Pastille introductive: Carole BOUQUET

Références

L'équipe

Arnaud Laporte
Arnaud Laporte
Arnaud Laporte
Production
Eric Loret
Collaboration
Didier Méreuze
Collaboration
Antoine Lachand
Antoine Lachand
Antoine Guillot
Production déléguée
Frédéric Bonnet
Collaboration
Frédérique Briard
Collaboration
Florence Ben Sadoun
Collaboration
Emily Barnett
Collaboration
Emmanuel Dupuy
Collaboration
Yasmine Youssi
Collaboration
Alain Spira
Collaboration
Joëlle Gayot
Collaboration
Etienne de Montety
Collaboration
Gwénola David-Gibert
Collaboration
Nathalie Crom
Collaboration
Fabienne Pascaud
Collaboration
Laurence Millet
Réalisation
Lisa Nesselson
Collaboration
Karine Papillaud
Collaboration
Léa Bismuth
Collaboration
Frédéric Ferney
Collaboration
Frédéric Potet
Collaboration
Philippe Delaroche
Collaboration
Marie-Aude Roux
Collaboration
Philippe Régnier
Collaboration
Olivier Lamm
Collaboration
René Solis
Collaboration
Richard Leydier
Collaboration
Mina Dos Santos
Collaboration
Seham Boutata
Collaboration
Patrick Sourd
Collaboration
David Comeillas
Collaboration
Hugo Cassavetti
Collaboration
Joseph Ghosn
Collaboration
Sabine Audrerie
Collaboration
Jean-Baptiste Thoret
Collaboration
Laurent Nunez
Collaboration
Anna Sigalevitch
Collaboration
Anne-Claire Norot
Collaboration
Jean-Max Colard
Collaboration
Charlotte Garson
Collaboration
Daniel Finot
Réalisation
Christophe Conte
Collaboration
Corinne Rondeau
Collaboration
Vincent Huguet
Collaboration
Véronique Mortaigne
Collaboration
Daniel Martin
Collaboration
Raphaël Sorin
Collaboration