"Un jour de pluie à New-York" de Woody Allen, "Bacurau" de Kleber Mendonça Filho et Julianoo Dornelles
"Un jour de pluie à New-York" de Woody Allen, "Bacurau" de Kleber Mendonça Filho et Julianoo Dornelles
"Un jour de pluie à New-York" de Woody Allen, "Bacurau" de Kleber Mendonça Filho et Julianoo Dornelles
"Un jour de pluie à New-York" de Woody Allen, "Bacurau" de Kleber Mendonça Filho et Julianoo Dornelles
"Un jour de pluie à New-York" de Woody Allen, "Bacurau" de Kleber Mendonça Filho et Julianoo Dornelles
Publicité
Résumé

Au sommaire de cette Dispute cinéma : "Un jour de pluie à New-York" de Woody Allen, "Ne croyez surtout pas que je hurle" de Frank Beauvais, "Bacurau" de Kleber Mendonça Filho et Julianoo Dornelles

avec :

Julien Gester (Chef du service culture de Libération), Thierry Chèze (Journaliste, critique de cinéma, directeur de la rédaction du magazine Première, animateur de télévision et de radio), Charlotte Garson (Rédactrice en chef adjointe des Cahiers du cinéma).

En savoir plus

"Un jour de pluie à New-York" de Woody Allen

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Présentation : Deux étudiants, Gatsby et Ashleigh, envisagent de passer un week-end en amoureux à New York. Mais leur projet tourne court, aussi vite que la pluie succède au beau temps… Bientôt séparés, chacun des deux tourtereaux enchaîne les rencontres fortuites et les situations insolites.

Avec : Timothée Chalamet, Elle Fanning, Selena Gomez

Publicité

L'avis des critiques : 

«Un Woody Allen que j’ai retrouvé avec plaisir dans une comédie romantique qui va vite, avec des acteurs formidables. » Arnaud Laporte

« Woody Allen de nouveau pertinent ! » Thierry Chèze

« Un film agaçant avec des mots d’esprit qui ne fonctionnent plus. » Charlotte Garson

« Une mise en scène, des dialogues, des comédiens qui ne me passionnent pas, une petite musique ennuyeuse. » Julien Gester

"Ne croyez surtout pas que je hurle" de Frank Beauvais

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Présentation : Janvier 2016. L'histoire amoureuse qui m'avait amené dans le village d'Alsace où je vis est terminée depuis six mois. A 45 ans, je me retrouve désormais seul, sans voiture, sans emploi ni réelle perspective d'avenir, en plein cœur d'une nature luxuriante dont la proximité ne suffit pas à apaiser le désarroi profond dans lequel je suis plongé. La France, encore sous le choc des attentats de novembre, est en état d'urgence.
Je me sens impuissant, j'étouffe d'une rage contenue. Perdu, je visionne quatre à cinq films par jour. Je décide de restituer ce marasme, non pas en prenant la caméra mais en utilisant des plans issus du flot de films que je regarde.

Avec : Frank Beauvais

L'avis des critiques : 

« Un film excellent où l’on se perd dans les images, accompagné par une voix off qui nous transporte dans un quatrième plan. » Julien Gester

« Un film angoissant, mélancolique, qui m’a bouleversée. » Charlotte Garson

« Une litanie totalement envoûtante. » Thierry Chèze

"Bacurau" de Kleber Mendonça Filho et Julianoo Dornelles

Présentation : Dans un futur proche…  Le village de Bacurau dans le sertão brésilien fait le deuil de sa matriarche Carmelita qui s’est éteinte à 94 ans. Quelques jours plus tard, les habitants remarquent que Bacurau a disparu de la carte.

Avec : Sônia Braga, Udo Kier, Barbara Colen

L'avis des critiques : 

« Un film extrêmement fin, dans la manière dont il fait exister sa communauté avec une intelligence politique et historique qui diagnostique le futur du Brésil. » Julien Gester

« Un film mille-feuilles, riche, qui retombe vite dans le manichéisme de la résistance face aux envahisseurs capitalistes. » Charlotte Garson

« Un film en deux parties, exposition-explosion, les tueurs de l’âge nouveau contre les tueurs archaïques. Aucun personnage n’existe, tout cela reste caricatural. » Arnaud Laporte

« Un film de territoire et de résistance, qui frôle la série Z, un mélange des genres ambitieux mais boiteux. » Thierry Chèze

♥ Coup de cœur ♥ d'Arnaud Laporte pour "The Long Island Trilogy " une rétrospective de Hal Hartley en 3 films

"The Unbelievable Truth", "Trust", "Simple men"
"The Unbelievable Truth", "Trust", "Simple men"

Présentation : Après ses études cinématographiques à New York, Hal Hartley réalise son premier long métrage The Unbelievable Truth(1989), présenté au Festival de Toronto. En 1990, il signe Trust (Trust Me , sorti en France en 1992), son deuxième long métrage, primé dans de nombreux festivals internationaux, suivi en 1992 de Simple Men, qui est présenté en compétition officielle à Cannes.

Ces trois films constituent THE LONG ISLAND TROLOGY et marquent l’émergence d’un nouveau cinéma indépendant et la naissance d’un réalisateur américain des plus singuliers qui acquiert rapidement le statut d’un cinéaste culte, livrant des films hors norme et à contre courant du paysage cinématographique américain, loin de ses canons traditionnels. Dès son premier film, Hal Hartley devient un véritable phénomène, encensé par la critique et très bien accueilli par le public. Un ton unique, percutant et décalé imprègne ces films qui saisissent par leur  originalité. Le cinéma d’Hal Hartley, profondément américain, est influencé par le cinéma européen, s’inspirant notamment de la liberté de ton des œuvres de la Nouvelle Vague française. L’ensemble de ces trois films forme un univers cohérent, dont les héros sont issus de la working class américaine, et dont un esprit de troupe s’en dégage: ses acteurs fétiches reviennent de film en film, tels Martin Donovan, Adrienne Shelly, Robert Burke, ou encore Elina Löwensohn.

THE LONG ISLAND TRILOGY ou la naissance d’un nouveau cinéma américain avec sa ligne claire et ses cadrages obliques, son sens de la répartie vigoureuse et du dialogue, souvent de sourds, sa poétique du décalage et de la répétition, son humour pince-sans-rire et son burlesque à froid, ses chorégraphies d’outsiders, de parias et d’exilés intérieurs.Hal Hartley parle alors comme personne d’amour, de sexe, de religion, de famille, et du monde dans lequel nous vivons.

Hal Hartley  est un réalisateur américain dont la place et la trajectoire au sein du cinéma contemporain sont uniques. Uniques par leur style, leur force et leur originalité. Uniques, car il aura marqué toute une génération de cinéphiles  durant les années 90 avant de s’engager dans une voie toujours plus indépendante et à contre-courant de son époque, au risque de disparaître du système. Aujourd’hui  plus farouchement indépendant que jamais, Hartley  écrit, finance, réalise et distribue des œuvres toujours plus exigeantes et qui ne ressemblent à aucune autre.

À lire : Livre, exposition, cinéma... 5 idées pour votre week end

Références

L'équipe

Arnaud Laporte
Arnaud Laporte
Arnaud Laporte
Production
Antoine Lachand
Antoine Lachand
Antoine Guillot
Chronique
Catherine Robin
Chronique
Charles Arden
Chronique
Lucile Commeaux
Production déléguée
Emmanuel Dupuy
Chronique
Yasmine Youssi
Chronique
Laura Capelle
Chronique
Laurent Bury
Chronique
Philippe Azoury
Chronique
Marie-Aude Roux
Chronique
Thomas Corlin
Chronique
Olivier Lamm
Chronique
Marie Sorbier
Chronique
René Solis
Chronique
Sally Bonn
Chronique
Boris Pineau
Collaboration
Murielle Joudet
Chronique
Julien Gester
Chronique
Sophie Bourdais
Chronique
Thierry Chèze
Chronique
Hugo Cassavetti
Chronique
Iris Brey
Chronique
Joseph Ghosn
Chronique
Sophie Rosemont
Chronique
Laurent Nunez
Chronique
Olivier Joyard
Chronique
Corinne Rondeau
Chronique
Florian Gaité
Chronique
Sonia Déchamps
Chronique
Aïssatou N'Doye
Collaboration
Alexandre Fougeron
Réalisation
Mathilde Wagman
Chronique
Anaël Pigeat
Chronique