France Culture
France Culture
Publicité
En savoir plus

Ce soir nos critiques Nathalie Crom de Télérama * et Florent Georgesco du journal Le Monde se font face dans le cadre des 24h du livre*
L'Invité(e) de la Dispute est cette semaine l'écrivain Karine Tuil** **
Au programme :

-Un dernier moment de folie de Richard Yates , aux éditions Robert Laffont

Publicité
Un dernier moment de folie de Richard Yates
Un dernier moment de folie de Richard Yates

*Après Onze histoires de solitude et Menteurs amoureux, Un dernier moment de folie est le troisième recueil des nouvelles complètes du grand Richard Yates. Il rassemble neuf histoires non publiées de son vivant, sans doute les plus belles qu'il ait jamais écrites. Neuf histoires qui se déroulent dans les années 1950, neuf instantanés de vies qui en disent long sur le destin de leurs personnages, toujours aussi déconcertés par l'existence. Dans ce recueil moins ouvertement autobiographique que Menteurs amoureux, on retrouve par touches certains de ses sujets favoris – l'ancien combattant revenu brisé de la Seconde Guerre mondiale, la mère qui rêve d'une autre vie, la fascination naïve de tous pour l'Europe – mais on découvre aussi de nouveaux motifs, de nouvelles figures, comme cette petite fille qui fait l'amère expérience de l'arbitraire (Une chose bien à soi) ou bien ce contrôleur de gestion d'une firme new-yorkaise qui reçoit une cruelle leçon de management (Le Contrôleur des finances et le jeune loup).. * On reconnaît surtout cette patte d'entomologiste qui permet à Yates de croquer en quelques lignes les déconvenues de ces losers magnifiques : il raconte avec une rapidité et une précision prodigieuses les blessures narcissiques subies par ses personnages, que ce soit lors d'un dîner ou chacun raconte sa guerre ou lors d'une réunion entre collègues ou l'on vante sa carrière, au cours d'une convalescence forcée ou le temps d'une nuit avec un inconnu en uniforme. Tous se voudraient plus brillants, plus courageux, plus séduisants, plus forts. Humains, trop humains. Invariablement, leurs histoires serrent le coeur... mais ravissent l'âme.

Note de l'éditeur

  • **Maudits ** de **Joyce Carol Oates ** aux éditions **Philippe Rey **
Maudits de Joyce Carol Oates
Maudits de Joyce Carol Oates

Jusqu'alors un havre de savoir, paisible autant que réputé, Princeton est encore en ce mois de juin 1905, une communauté anglo-saxonne riche et privilégiée sous tous les rapports. Mais ce matin-là, à l"heure même de son mariage, au pied de l’autel, Annabel Slade, fille et petite-fille d’une des grandes familles des lieux, est enlevée par un homme étrange, vaguement européen, plus ou moins prince et qui, en fait pourrait bien être le Diable en personne. Et Princeton ne sera plus jamais comme avant. L’affaire plonge non seulement les Slade dans la honte et le désespoir, mais elle révèle l’existence d’une série d’événements surnaturels qui, depuis plusieurs semaines, hante les habitants de la ville et ses sinistres landes voisines. Habitants parmi lesquels on compte Grover Cleveland (qui vient juste de terminer son second mandat à la Maison Blanche), Woodrow Wilson, président de l’Université, un individu compliqué obsédé par l’idée du pouvoir, ou encore le jeune socialiste Upton Sinclair et son ami Jack London, sans oublier le plus célèbre des écrivains/buveurs/fumeurs de l’époque, Samuel Clempens-Mark Twain, tous victimes de visions maléfiques .

Note de l'éditeur

Vous avez bien entendu rendez-vous avec Antoine Guillot pour la revue de presse culturelle
André Chabin nous livrera ce soir sa chronique mensuelle sur les revues
Retrouvez également les choix littéraires de notre invité de la semaine, Robert Guédiguian :

Références

L'équipe

Arnaud Laporte
Arnaud Laporte
Arnaud Laporte
Production
Antoine Lachand
Antoine Lachand
Antoine Guillot
Production déléguée
Emily Barnett
Chronique
Emmanuel Dupuy
Chronique
Joëlle Gayot
Chronique
Nathalie Crom
Chronique
Laurence Millet
Réalisation
Pascaline Bonnet
Collaboration
Seham Boutata
Collaboration
Hugo Cassavetti
Chronique
Daniel Finot
Réalisation