Publicité
En savoir plus

Ce soir sur France Culture, La Dispute portera sur l’actualité musicale avec les critiques :

-Marie-Aude Roux du journal Le Monde

Publicité

-Emmanuel Dupuy , rédacteur en chef du magazine Diapason

-Vincent Huguet de Marianne

**A propos des oeuvres : **

**Don Giovanni ** - opéra de Mozart, mis en scène par Michael Haneke et dirigé par Philippe Jordan et Marius Stieghorst (en alternance). à l'opéra Bastille jusqu'au 21 avril.

Don Giovanni
Don Giovanni

Vincent Huguet : "Dès les premières mesures il y a quelque chose de très beau et de très théâtral qui fait ressortir la mélancolie du personnage."

Arnaud Laporte : "Il y a quelques problèmes, de très grands décalages entre chanteurs et orchestre, ce dernier étant d'ailleurs très fort et donnait du mal aux chanteurs."

Emmanuel Dupuy : "Bastille est une salle trop grande pour faire du Mozart, il y a donc une certaine déperdition [acoustique]. J'ai été très heureusement surpris (...), c'est une direction très équilibrée mais à la fois très tendue quand il le faut, animée et théâtrale."

Marie-Aude Roux : "La direction de Jordan est fluide et élégante, pleine d'énergie - on est content d'être sortis de l'ère Camberling."

CD: Walzer Revolution de Nikolaus Harnoncourt (sony classics)

Walzer Revolution
Walzer Revolution

Arnaud laporte : "Je me suis rarement ennuyé autant ; cette révolution est partie sans moi !"

Emmanuel Dupuy : "Ce disque plaira beaucoup aux gens qui n'aiment pas les valses de Vienne avec leur côté précieux et sucré. Harnoncourt restaure la toile en enlevant dix couches de vernis."

Vincent Huguet : "Il y a une prise de parti forte et originale dans l'interprétation."

Marie-Aude Roux : "J'ai l'impression que ce disque est un immense pied de nez."

CD: Le Paradis Perdu - de Théodore Dubois (Aparté)

Le Paradis Perdu
Le Paradis Perdu
© Radio France

Vincent Huguet : "Une découverte, j'ai été émerveillé par l'originalité de l'oeuvre."

Marie-Aude Roux : "Une version extrêmement colorée qui met en valeur le raffinement de l'écriture alors que je m'attendais à quelque chose de plus académique, selon la réputation de Théodore Dubois."

Emmanuel Dupuy : "C'est une belle découverte. Théodore Dubois est un romantique assumé, qui propose quelque chose de dramatique qu'on pourrait presque représenter sur scène. Un bémol cependant : une pièce comme ça appelle le grand orchestre."

Bien sûr la revue de presse musique du jour, par Antoine Guillot .

Pastilles sonores :

  • Francis Poulenc, La courte paille , recueil de sept mélodies.
  • Don Giovanni : Ouverture, Don Giovanni (Acte II "Deh vieni alla finestra..."), Zerlina (Acte II "Verdrai carino..."), Sextet (Acte II "Mille torbidi pensieri"), Donna Elvira (Acte II "Mi tradi quell'alma ingrata").
  • Walzer Revolution : CD 1 pistes 2 et 10 ; CD 2 piste 8.
  • Le Paradis Perdu , Théodore Dubois.
Références

L'équipe

Arnaud Laporte
Arnaud Laporte
Arnaud Laporte
Production
Eric Loret
Chronique
Antoine Lachand
Antoine Lachand
Antoine Guillot
Production déléguée
Emily Barnett
Chronique
Michka Assayas
Chronique
Emmanuel Dupuy
Chronique
Yasmine Youssi
Chronique
Joëlle Gayot
Chronique
Nathalie Crom
Chronique
Eric Troncy
Chronique
Laurence Millet
Réalisation
Marie-Aude Roux
Chronique
René Solis
Chronique
Richard Leydier
Chronique
Brigitte Salino
Chronique
Seham Boutata
Collaboration
Patrick Sourd
Chronique
Hugo Cassavetti
Chronique
Joseph Ghosn
Chronique
Jean-Max Colard
Chronique
Daniel Finot
Réalisation
Flore Avet
Collaboration
Corinne Rondeau
Chronique
Vincent Huguet
Chronique
Jérémie Rousseau
Jérémie Rousseau
Daniel Martin
Chronique
Alain Kruger
Chronique
Harry Bellet
Chronique
Raphaël Sorin
Chronique