En haut : Only the Sound Remains ; en bas à gauche : Lucio Silla ; à droite : Brahms
En haut : Only the Sound Remains ; en bas à gauche : Lucio Silla ; à droite : Brahms
En haut : Only the Sound Remains ; en bas à gauche : Lucio Silla ; à droite : Brahms - Opéra de Paris / C Major / Erato
En haut : Only the Sound Remains ; en bas à gauche : Lucio Silla ; à droite : Brahms - Opéra de Paris / C Major / Erato
En haut : Only the Sound Remains ; en bas à gauche : Lucio Silla ; à droite : Brahms - Opéra de Paris / C Major / Erato
Publicité
Résumé

Ce soir, dans cette Dispute musicale : un opéra, "Lucio Silla" de Mozart ; les sonates pour violoncelle de Brahms et "Only the Sound Remains" au Palais Garnier.

avec :

Emmanuel Dupuy (Rédacteur en chef du magazine Diapason), Guillaume Tion (journaliste à Libération et chroniqueur à France Musique).

En savoir plus

Only the Sound Remains, jusqu'au 7 février au Palais Garnier

Musique de Kaija Saariaho. D’après deux pièces du théâtre nô japonais. Livret d'Ezra Pound. Mise en scène de Peter Sellars. Direction musicale d'Ernest Martínez Izquierdo.

Présentation officielle : Les timbres du luth ou de la voix, les mouvements d’une danse et ceux du vent sont autant d’impalpables trésors, dont la perte peut se révéler insoutenable. Only the Sound Remains réunit deux opéras, Always Strong et Feather Mantle, inspirés de deux pièces du théâtre nô japonais : Tsunemasa et Hagoromo. Mort violemment au combat, Tsunemasa réapparaît, intranquille, à la cour : son esprit est privé du bonheur de jouer le luth dont il savait tirer des sons enchanteurs. 

Publicité

Dans Le Manteau de plumes, un pêcheur veut s’approprier le vêtement qu’il trouve suspendu à une branche. Une jeune nymphe lui demande alors sa restitution afin de regagner les cieux. Elle promet en échange l’offrande d’une danse.

J'ai été plus intéressée par ce qu'il se passait dans la fosse que sur la scène. On a connu Peter Sellars plus inspiré. Emmanuelle Giuliani

Dramatiquement, c'est trop léger. Mais la musique de Saariaho est d'un extrême raffinement. 

C'est une musique qui se passe de la scène ; c'est davantage une cantate qu'un opéra. Emmanuel Dupuy

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Lucio Silla, sortie Blu-ray et DVD chez C Major

Opéra de Mozart. Mise en scène de Marshall Pynkoski. Direction musicale de Marc Minkowski.

Présentation officielle : Cet opéra dramatique est associé à l'un des séjours de Mozart à Milan. Le génie autrichien avait seize ans lorsqu'il composa ce joyau du bel canto dédié au général et au dictateur de la Rome antique : Lucio Silla fit ses débuts le 26 décembre 1772, alors que Mozart avait presque dix-sept ans. C'était le troisième opéra qu'il avait mis en scène au Regio Ducal Theatre de Milan. La mise en scène de Marshall Pynkoski, spécialisée dans les opéras du XVIIIe siècle avec un aperçu particulier de la danse, du théâtre et des gestes baroques, prête attention aux détails, en utilisant des scènes et des costumes du XVIIIe siècle impeccablement décorés par un spécialiste du cinéma.

Sur le plan esthétique, c'est un pur ravissement. Le décor et les costumes sont une très belle réussite. Mais sur le plan théâtral, c'est superficiel. Emmanuel Dupuy

La mise en scène est fade et le chant bouillonnant. Guillaume Tion

J'ai trouvé les décors horribles ; concernant les acteurs, soit il n'y a pas de jeu, soit il est trop expressif. Emmanuelle Giuliani 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Brahms :  Sonates pour Violoncelle/Danses Hongroises, sortie CD chez WarnerClassics/Erato

Interprétées par Jean-Guihen Queyras et Alexandre Tharaud.

Présentation officielle : Le pianiste Alexandre Tharaud et le violoncelliste Jean-Guihen Queyras sont établis depuis longtemps en duo, mais c'est la première fois que Queyras rejoint Tharaud pour un enregistrement d'Erato. Ils ont choisi des œuvres qui sont au cœur du répertoire romantique, toutes de Brahms: ses deux sonates pour violoncelle et les propres transcriptions du duo de six danses hongroises .

Ces sonates sont un monument de la musique de chambre. Le jeu des interprètes est limpide, claire. Ils ont trouvé l'équilibre parfait entre l'esprit français et cette musique de la Mittel Europa. Emmanuelle Giuliani 

Les deux interprètes maîtrisent parfaitement la complexité et la tendresse lyrique de ces deux sonates : leur jeu est fusionnel, ce sont deux poètes qui dialoguent. Emmanuel Dupuy

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Vos commentaires

Avant et pendant l'émission, réagissez et donnez votre avis sur le compte Twitter et la page Facebook de la Dispute.

Références

L'équipe

Arnaud Laporte
Arnaud Laporte
Arnaud Laporte
Production
Antoine Lachand
Antoine Lachand
Antoine Guillot
Chronique
Lucile Commeaux
Production déléguée
Emmanuel Dupuy
Chronique
Yasmine Youssi
Chronique
Jean-Christophe Brianchon
Production déléguée
Grégoire Di Fiore
Collaboration
Marie-Aude Roux
Chronique
Olivier Lamm
Chronique
René Solis
Chronique
Boris Pineau
Collaboration
Murielle Joudet
Chronique
Julien Gester
Chronique
Thierry Chèze
Chronique
Hugo Cassavetti
Chronique
Romain Burrel
Chronique
Iris Brey
Chronique
Joseph Ghosn
Chronique
Sophie Rosemont
Chronique
Laurent Nunez
Chronique
Daniel Finot
Réalisation
Guillaume Tion
Chronique
Corinne Rondeau
Chronique
Florian Gaité
Chronique
Aïssatou N'Doye
Collaboration
Harry Bellet
Chronique
Anaël Pigeat
Chronique