PNL dans le clip "A L'ammoniaque" (© DR/QLF Records) et "No Geography" de The Chemical Borthers (© Virgin EMI Records)
PNL dans le clip "A L'ammoniaque" (© DR/QLF Records) et "No Geography" de The Chemical Borthers (© Virgin EMI Records)
PNL dans le clip "A L'ammoniaque" (© DR/QLF Records) et "No Geography" de The Chemical Borthers (© Virgin EMI Records)
PNL dans le clip "A L'ammoniaque" (© DR/QLF Records) et "No Geography" de The Chemical Borthers (© Virgin EMI Records)
PNL dans le clip "A L'ammoniaque" (© DR/QLF Records) et "No Geography" de The Chemical Borthers (© Virgin EMI Records)
Publicité
Résumé

Au sommaire de cette Dispute musique actuelle : le Petit Salon de Lucile Commeaux, et deux albums : "Deux Frères" du groupe PNL, et "No Geography" de The Chemical Brothers. Enfin, un coup de cœur de Christophe Conte pour "L’Odyssée Remix" de Fred Pallem & le Sacre du Tympan (Train Fantôme).

avec :

Olivier Lamm (Journaliste et critique à Libération), Clémentine Goldszal (Critique musique à La Dispute), Christophe Conte (Journaliste).

En savoir plus

"Deux frères" de PNL (QLF Records, Musicast)

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Présentation : Vendredi 5 avril, PNL sortait son troisième album intitulé "Deux Frères". Composé de Tarik et Nabil Andrieu, le duo de rap français a vendu plus de 100 000 albums en six jours. Retour sur le groupe le plus écouté en 24h dans le monde sur Spotify. 

L'avis des critiques : 

Publicité

Il y a des morceaux de bravoure de rap. Il y a une adéquation entre ce qui est raconté et sa mise en forme, entre les inventions langagières et le flow. C’est vraiment un tout. C’est une expérience très sensorielle. Olivier Lamm

Cet album m’a cueilli assez immédiatement. Je trouve la musique d’une grande efficacité, il y a une aussi jolie relation entre texte et musique. Je ne suis pas fou des ruptures de vulgarité lorsqu'on a mis un peu d'émotion. Le systématisme nuit un petit peu. Arnaud Laporte

Sur l‘ensemble du disque, je ne suis pas totalement hostile. Je comprends qu'il y ait une adhésion car ils ont poussé le plus loin possible le côté mélancolique et dépressif. Mais, au bout de trois albums, quand on a obtenu un tel succès, comment peut-on continuer à écrire là dessus ? Musicalement, je reste assez interdit. Christophe Conte

Je trouve ça chouinard et d’un cucul achevé. Au moment aux Etats-Unis où Drake, Kanye West, Frank Ocean proposent une vision alternative de ce que peut être la masculinité dans le rap, ils passent à côté et se vautrent dans la neurasthénie. Clémentine Goldszal 

En savoir plus : Le "mythe" PNL

"No Geography" de The Chemical Brothers (Virgin EMI Records)

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Présentation : Tom Rowlands et Ed Simons font leur retour dans les bacs avec un nouvel album intitulé "No Geography". Après 4 ans d'absence, il s'agit du neuvième disque pour le duo originaire de Manchester. 

L'avis des critiques : 

J’ai énormément aimé le disque. Il y a une efficacité énervée réjouissante. Arnaud Laporte

Je trouve l’album extrêmement bien construit jusque dans ses moments de calme, ses reprises, ses explosions. Mais c’est un disque de vieux. Ils ont complètement oublié de suivre les modes et se contentent de recycler leur propre formule. Olivier Lamm

Après avoir été terriblement imités, je les trouve terriblement à la traîne de ce qui peut se faire aujourd’hui. J’aime bien quand il y a des voix, des sonorités un peu vintages qui se mélangent avec des choses plus synthétiques. Quand c’est une autoroute d’artifices et de désincarnations, je suis totalement perdue. Clémentine Goldszal 

Ce disque est un peu du recyclage, quelque chose d’assez belliqueux, comme souvent chez les Chemical Brothers, et en même temps quelque chose de très hédoniste et festif (...) C’est un groupe pour qui on a un grand attachement. Ce disque-là a ses moments agréables et d‘autres plus lassants. Christophe Conte 

>> LE COUP DE CŒUR DE CHRISTOPHE CONTE : "L’Odyssée Remix" de Fred Pallem & le Sacre du Tympan (Train Fantôme)

"L'Odyssée Remix" © Train fantôme
"L'Odyssée Remix" © Train fantôme

Présentation officielle : Sous l’incontrôle du bassiste Fred Pallem, voici enfin un bigband dépoussiéré qui offre aux auditeurs un cocktail explosif qui mélange habilement compositions et improvisations : une écriture fluide qui se nourrit d’impros débridées.

Vainqueur du prestigieux concours de jazz de La Défense en 2000, le récent Sacre surprend par la maturité de cette jeune génération dingue et audacieuse de jazzmen français qui le constitue. Malicieuse et inventive, et à la joie communicative, leur musique va chercher ses inspirations aussi bien chez un Mingus, un Ellington (pour ne parler que du jazz) que dans les musiques de films (Nino Rota, Tex Avery), dans le rock, la pop, la chanson (The Shadows, Brassens) que dans la musique contemporaine (Charles Ives).

Fred Pallem a donné ses morceaux en pâture à quelques remixers qui ont chacun fait des choses dans leur style. Mais il a surtout donné un morceau à Julien Gasc, qui en a fait la chanson "L’Odyssée", c'est absolument bouleversant. 

LE PETIT SALON DE LUCILE COMMEAUX : Avez-vous déjà fait l'expérience d'une bonne exposition sur la musique ?

La dernière exposition sur la musique qui m’ait plu est celle de Michael Jackson au Grand Palais. Je crois que la seule manière de faire sens quand on veut exposer la musique est d’exposer l’art qui naît d’un artiste, qui s’inspire de la musique. Essayer de montrer la musique est, selon moi, un échec. Clémentine Goldszal

Sans faire appel à un croisement avec un autre art ou aux sciences humaines, j’ai l’impression qu’on a du mal à scénographier juste la musique. D’un point de vue de scénographe, il pourrait y avoir des choses à faire plus intéressantes que des prouesses techniques de bains sonores, de casques etc. Lucile Commeaux

Il est très difficile d’exposer un art qui est par essence immatériel. On en revient toujours à des disques, des fétiches, des manuscrits. Cela n'en apprend pas grand chose si on ne connaît bien. Et si on ne connait rien, on est perdu. Christophe Conte

L’exposition "Night Fever" à l'ADAM, qui est une exposition sur le design dans les boîtes de nuit depuis les années 1970 à aujourd'hui, proposait quelque chose de très précis. J’étais dans un état d’esprit qui était celui d’une découverte totale. J’ai envie d’avoir des expositions très anglées, linéaires et pédagogiques. Olivier Lamm

Générique de l'émission : Sylvie Fleury & Sidney Stucki, "She devils on wheels", extrait de l'album "Sound Collaborations 1996-2008" (label Villa Magica Records).

Références

L'équipe

Arnaud Laporte
Arnaud Laporte
Arnaud Laporte
Production
Eric Loret
Chronique
Antoine Lachand
Antoine Lachand
Antoine Guillot
Chronique
Catherine Robin
Chronique
Charles Arden
Chronique
Lucile Commeaux
Production déléguée
Emmanuel Dupuy
Chronique
Yasmine Youssi
Chronique
Lily Bloom
Chronique
Laurent Bury
Chronique
Philippe Azoury
Chronique
Olivier Lamm
Chronique
Marie Sorbier
Chronique
Joséphine Dumoulin
Collaboration
René Solis
Chronique
Boris Pineau
Collaboration
Boris Atrux
Chronique
Murielle Joudet
Chronique
Julien Gester
Chronique
Sophie Bourdais
Chronique
Fabrice Piault
Chronique
Thierry Chèze
Chronique
Hugo Cassavetti
Chronique
Iris Brey
Chronique
Joseph Ghosn
Chronique
Sophie Rosemont
Chronique
Laurent Nunez
Chronique
Olivier Joyard
Chronique
Guillaume Tion
Chronique
Corinne Rondeau
Chronique
Florian Gaité
Chronique
Adrien Pontet
Chronique
Aïssatou N'Doye
Collaboration
Alexandre Fougeron
Réalisation
Alexandre Comte
Chronique
Anaël Pigeat
Chronique