1967-2019 : une égyptomania orchestrée par les grandes expositions ? : épisode 4/4 du podcast De Khéops à Toutânkhamon : révisons nos classiques

Chef-d'œuvre de l'orfèvrerie égyptienne, le masque funéraire de Toutânkhamon (XIVe siècle av. J.-C.) fut découvert en 1951 dans le sarcophage contenant la momie de ce pharaon par l'archéologue Howard Carter
Chef-d'œuvre de l'orfèvrerie égyptienne, le masque funéraire de Toutânkhamon (XIVe siècle av. J.-C.) fut découvert en 1951 dans le sarcophage contenant la momie de ce pharaon par l'archéologue Howard Carter ©Getty - Hannes Magerstaedt
Chef-d'œuvre de l'orfèvrerie égyptienne, le masque funéraire de Toutânkhamon (XIVe siècle av. J.-C.) fut découvert en 1951 dans le sarcophage contenant la momie de ce pharaon par l'archéologue Howard Carter ©Getty - Hannes Magerstaedt
Chef-d'œuvre de l'orfèvrerie égyptienne, le masque funéraire de Toutânkhamon (XIVe siècle av. J.-C.) fut découvert en 1951 dans le sarcophage contenant la momie de ce pharaon par l'archéologue Howard Carter ©Getty - Hannes Magerstaedt
Publicité

A l’occasion de l’exposition "Toutankhâmon, le trésor du Pharaon" qui ouvre ses portes à Grande Halle de la Villette le 23 mars, Emmanuel Laurentin s’entretient avec Dominique Farout, égyptologue, chargé de cours à l'école du Louvre et conseiller scientifique de l’exposition.

Avec
  • Dominique Farout égyptologue, chargé de cours à l'École du Louvre

Le 4 novembre 1922, l’archéologue britannique Howard Carter fait une découverte extraordinaire dans la Vallée des Rois : le tombeau de Toutânkhamon, pharaon de la XVIIIe dynastie égyptienne, au XIVe siècle avant J.-C. L’exposition Toutânkhamon, le Trésor du Pharaon célèbre le centenaire de la découverte du tombeau royal et dévoile 150 pièces maîtresses, dont 50 voyagent pour la première fois hors d’Égypte.

“Lorsque mes yeux s’habituèrent à la lumière, les détails de la pièce émergèrent lentement de la pénombre, des animaux étranges, des statues et de l’or, partout le scintillement de l’or.” Howard Carter

Publicité
Howard Carter (1873-1939) devant le sarcophage de Toutânkhamon, en 1923
Howard Carter (1873-1939) devant le sarcophage de Toutânkhamon, en 1923
© Getty - Harry Burton / Apic

Première partie : Toutânkhamon à Paris (1967), un documentaire d'Amélie Meffre et Véronik Lamendour

Février 1967, les Français se ruent au Petit Palais pour admirer les trésors de Toutânkhamon, seul pharaon dont la tombe ne fut pas pillée. Organisée par l'égyptologue Christiane Desroches-Noblecourt, l'exposition doit aider à financer un plan de sauvetage des temples de Nubie, dont Abou Simbel, menacés de disparition par la mise en place du barrage d'Assouan. Le concept de « Patrimoine mondial de l'humanité » émerge alors... L'exposition Toutânkhamon et son temps, qui relancera la passion française pour l'Egypte, durera plus de six mois et rassemblera quelque 1,2 million de visiteurs...

Avec les témoignages de Christiane Desroches-Noblecourt , égyptologue, Françoise Chaserant, qui était alors étudiante à l'Ecole du Louvre et Irène Bizot, chargée à l'époque des expositions à la Réunion des Musées nationaux (RMN).

(première diffusion 24 janvier 2006)

Seconde partie

A l’occasion de l’exposition Toutânkhamon, le trésor du Pharaon (Grande Halle de la Villette du 23 mars au 15 septembre 2019), Emmanuel Laurentin s’entretient avec Dominique Farout, égyptologue, chargé de cours à l'école du Louvre et conseiller scientifique de l’exposition, qui mettra en perspective les deux expositions...

L'équipe