Jean-Bernard Chalette, Allégorie de la révolte du papier timbré, 1676 (Musée des Beaux-Arts de Rennes)
Jean-Bernard Chalette, Allégorie de la révolte du papier timbré, 1676 (Musée des Beaux-Arts de Rennes)
Jean-Bernard Chalette, Allégorie de la révolte du papier timbré, 1676 (Musée des Beaux-Arts de Rennes)
Publicité
Résumé

En 1676, un an après la révolte du papier timbré en Bretagne, le peintre rennais Jean-Bernard Chalette donne à cette révolte fiscale une dimension allégorique. C'est l'histoire que raconte ce documentaire de Victor Macé de Lépinay et Anne Fleury.

En savoir plus

Un bien curieux tableau, en vérité. Hétéroclite, disparate… Pas très lisible donc, à première vue, et pour tout dire assez éloigné de la plupart des critères qui consacrent ordinairement un chef d’œuvre. Et pourtant attirant, attachant même, par son côté énigmatique d’abord mais aussi par sa dimension historique. Que nous raconte ce tableau ?

La petite histoire d’abord, celle d’un peintre rennais méconnu du XVIIe siècle et du contexte dans lequel il travaille. Mais aussi une page de la grande histoire : la révolte du papier timbré de 1675.

Publicité

Alain Croix : Après près d’un siècle et demi de sous-imposition, voilà qu’assez brutalement sous le règne de Louis XIV, il est question de rattraper ce décalage fiscal et d’aligner le prélèvement de l’impôt en Bretagne sur celui des autres régions. Au début de 1675, cet alignement prend la forme d’une dizaine de taxes nouvelles parmi lesquelles la taxe sur l’étain (pour les privilégiés ce n’était pas négligeable) mais surtout la taxe sur le tabac qui touche le peuple. Nos bureaux de tabac d’aujourd’hui sont l’héritage de cette taxe sur le tabac qui est validée par le Parlement de Bretagne en 1674, six mois avant la révolte. Et en 1673, c’est la création du papier timbré, l’ancêtre du timbre fiscal, ce que nous versons aujourd’hui aux notaires et que nous appelons les droits d’enregistrement. A l’époque, c’était un « papier timbré », une sorte de tampon pour tous les actes officiels. C’est donc une taxe qui frappe tout le monde, le peuple comme les privilégiés. Le 18 avril 1675, une grande émeute se déclenche à Rennes, des milliers de gens y participent, ce qui est énorme à l’échelle de la ville. Les émeutiers cassent tout, notamment dans les bureaux du papier timbré abrités dans le Palais du Parlement, le symbole du pouvoir à Rennes. Cette journée sera qualifiée par un notable rennais « d’émeute de la populace aveugle ».

Une enquête menée en compagnie de Pierre Rosenberg, ancien Président du Louvre ; François Bergot, ancien directeur du Musée des Beaux-Arts de Rennes ; Alain Croix , historien de la Bretagne ; Gauthier Aubert , historien, auteur de « Les révoltes du papier timbré (1675). Essai d’histoire évènementielle » (Presses universitaires de Rennes, 2014) ; et Guillaume Kazerouni , conservateur au musée des Beaux-Arts de Rennes.

"C’est une révolte ? Non, sire, c’est une allégorie !" Enquête sur un tableau breton, un documentaire de Victor Macé de Lépinay et Anne Fleury.

Références

L'équipe

Emmanuel Laurentin
Emmanuel Laurentin
Françoise Camar
Réalisation
Aurélie Marsset
Collaboration
Renaud Dalmar
Réalisation
Séverine Liatard
Production déléguée
Séverine Cassar
Réalisation
Victor Macé de Lépinay
Production déléguée
Maryvonne Abolivier
Collaboration
Anne Fleury
Réalisation
Anaïs Kien
Production déléguée