Massilia sound system en concert, 2005.
Massilia sound system en concert, 2005.
Massilia sound system en concert, 2005. ©AFP - AFP PHOTO ALAIN JOCARD
Massilia sound system en concert, 2005. ©AFP - AFP PHOTO ALAIN JOCARD
Massilia sound system en concert, 2005. ©AFP - AFP PHOTO ALAIN JOCARD
Publicité
Résumé

Massilia Sound System, le trio Gacha Empega, Dupain, Lo Cor de la Plana : dans les années 1990, une époque où sa réputation est au plus bas, Marseille voit fleurir une constellation de groupes musicaux qui deviennent vite le fer-de-lance d’une ville gouailleuse et désinvolte, expressive et engagée.

En savoir plus

A une époque où l'image de Marseille est au plus bas, les années 1990 voient fleurir une constellation de groupes musicaux qui deviennent vite le fer-de-lance d’une ville gouailleuse et désinvolte, expressive et engagée. 

Ces groupes, c’est d'abord le Massilia Sound System, puis le trio Gacha Empega, Dupain, Lo Cor de la Plana, d'Aqui Dub et bien d'autres dans leur sillage .... Cette scène underground, dont certains ont acquis depuis une notoriété nationale, se réunit autour de la volonté d’intégrer dans leur musique, les pratiques liées aux cultures populaires et à l’oralité provençale. 

Publicité
Marseille
Marseille
- Pilar Arcila

Si l’usage du provençal-marseillais s’est retiré progressivement de l’espace public de la ville dès les années 1930, il redevient à l'aube du 21e siècle un moyen d'expression musical et poétique.  Ces groupes puisent dans les cultures occitanes pour tisser des liens avec le bassin méditerranéen. Ils cultivent un rapport intime, historique et politique à leur ville. Ils s'impliquent dans la vie culturelle de Marseille, et multiplient les concerts associatifs et les repas de quartier

Avec eux Alger, Naples, les Pouilles et l’Andalousie sont à portée de main. Marseille s’ouvre à ses ailleurs, s'inspire du rythme de ses habitants et fait résonner ses murs.

Avec : Moussu T et Papet J du groupe Massilia Sound System ; Manu Théron des groupes Cor de la Plana et Gacha Empega, Tchina Na Poun ; Sam Karpienia du groupe Gacha Empega, Dupain ; Elisabeth Cestor, sociologue.

Merci à Alessi Del Umbria, et Nicolas Burlaud de Primitivi pour l'enregistrement des Sardinades de la Plaine 2017. 

Prise de son : Yvan Charby et Jean-André Gianecchini ; mixage : Eric Boisset. 

Un documentaire de Péroline Barbet, réalisé par Séverine Cass

Références

L'équipe

Emmanuel Laurentin
Emmanuel Laurentin
Aurélie Marsset
Collaboration
Renaud Dalmar
Réalisation
Thomas Dutter
Réalisation
Séverine Liatard
Production déléguée
Séverine Cassar
Réalisation
Victor Macé de Lépinay
Production déléguée
Francesca Fossati
Collaboration
Anne Fleury
Réalisation
Anaïs Kien
Production déléguée