Figures de l'exil : épisode 2/4 du podcast Mon île est une prison

Hauteville House, maison d'exil de Victor Hugo à Guernesey
Hauteville House, maison d'exil de Victor Hugo à Guernesey ©Getty - API/Gamma-Rapho
Hauteville House, maison d'exil de Victor Hugo à Guernesey ©Getty - API/Gamma-Rapho
Hauteville House, maison d'exil de Victor Hugo à Guernesey ©Getty - API/Gamma-Rapho
Publicité

Que produit l’expérience de l’exil sur l’exilé au XIXe ou au XXe siècle ? Comment sa condition en est-elle bouleversée, que les raisons de l’exil soient intellectuelles, politiques ou économiques ? Une émission co-animée par Anaïs Kien.

Avec
  • Bilge Ertugrul Maître de Conférences à l'université Paris 1 - Panthéon Sorbonne.
  • Marianne Amar Responsable de la Recherche au Musée de l’histoire de l’immigration.
  • Catherine Brice Professeur d’histoire contemporaine à l’Université Paris Est Créteil Val-de-marne.
  • Alexis Nuselovici (Nouss) professeur de littérature générale et comparée à l’Université d’Aix-Marseille

Comment la figure de Victor Hugo a-t-elle pesé sur les représentations de l’exil politique et littéraire ?

Alexis Nouss : Hugo pèse d’un poids symbolique qui d’une certaine manière nous empêche de penser l’exil aujourd’hui. Ce qui caractérise l’exil aujourd’hui – alors que l’imagerie insulaire insiste sur l’individualité de cette expérience – c’est un exil de masse. Dans ce cas, on ne peut plus avoir recours à cette imagerie de l’île et l’exilé confiné. S’il fallait choisir une ville symbole de l’exil aujourd’hui ce serait Lampedusa, c’est-à-dire des milliers d’exilés qui ne parviennent pas au terme de leur itinéraire. »

Publicité

#Ovide #Mer noire #Hugo #Guernesey #Lampedusa #Malte #exils insulaires #relégation

Musique diffusée 

  • Anna Prucnal, Un exilé

L'équipe