Publicité pour la campagne nationale pour la revalorisation du travail manuel (aussi dit "plan Stoleru"), 1975
Publicité pour la campagne nationale pour la revalorisation du travail manuel (aussi dit "plan Stoleru"), 1975
Publicité pour la campagne nationale pour la revalorisation du travail manuel (aussi dit "plan Stoleru"), 1975
Publicité
Résumé

"Travailleur manuel", "ouvrier", "artisan", qui sont les travailleurs manuels ? Quand est née la distinction entre ceux qui travaillent de leurs mains et les autres, et à quoi sert-elle ? Peut-on vraiment tracer une ligne de séparation entre production manuelle et intellectuelle ?

avec :

Stéphane Lembré (historien, maître de conférences à l'ESPE de Lille), Sylvain Laurens (sociologue, maître de conférences à l’EHESS.).

En savoir plus

Deuxième temps de notre série consacrée à l'histoire des métiers, Emmanuel Laurentin et Amélie Meffre reçoivent ce matin Sylvain Laurens, sociologue et maître de conférences à l'EHESS, et Stéphane Lembré, historien spécialiste de l’enseignement technique et de la formation technique, pour cette émission d'archives consacrée aux métiers manuels.

La distinction, voire l'opposition entre tâche manuelle et tâche intellectuelle n'est pas récente : déjà, au XVIIème siècle, des peintres soucieux de faire reconnaître la qualité de réflexion de leur ouvrage (et sa plus haute distinction sociale) insistent qu'on use pour les qualifier du terme "artiste" à plutôt que d'"artisan". Mais l'opposition que nous connaissons aujourd'hui entre les deux "faces" du travail se constitue véritablement au XIXème siècle, avec le développement de l'industrie, sa division du travail, et donc l'impossibilité pour le travailleur de prendre en charge la totalité des tâches nécessaires à l'élaboration d'un produit. Cette frontière, pourtant, est si fluctuante et difficile à établir clairement, qu'elle semble surtout le reflet d'un ordre social, plutôt que d'une différence de nature dans le travail.

Publicité

Le "plan Stoléru", cet ensemble de politiques de "revalorisation du travail manuel" mené par Lionel Stoléru entre 1977 et 1981, est à cet égard révélateur. Rassemblant sous le titre de "travailleurs manuels" tant les ouvriers spécialisés que les artisans, ces discours avaient ainsi pour conséquence (et objectif ?) d'opposer "travailleurs" et "intellectuels" dans une période de crise et de conflits sociaux...

Archives diffusées :
- « A la chaîne » FRANCOIS HADJI LAZARO
- Extrait du  feuilleton  « 4 meilleurs apprentis » édition de Normandie du 09 Mars 2017 (1’09’’)
- « C’est-à-dire »  du 10 décembre 1975 ( 1’30 ‘’)
- Michel Rocard et le travail manuel du 15 octobre 1975 ( 55’)’
- Lionel Stoleru Actualités de 13H sur TF1 du 26 Mars  1976   (1’24’’)

Musiques diffusées :
- Juliette, « Petits métiers »
- Jacky Bardot, « Compagnons dauphinois »
- Bernard Lavilliers, « Les mains d’or »

Références

L'équipe

Emmanuel Laurentin
Emmanuel Laurentin
Céline Leclère
Collaboration
Aurélie Marsset
Collaboration
Renaud Dalmar
Réalisation
Thomas Dutter
Réalisation
Marion Dupont
Collaboration
Séverine Liatard
Production déléguée
Séverine Cassar
Réalisation
Victor Macé de Lépinay
Production déléguée
Anne Fleury
Réalisation
Anaïs Kien
Production déléguée