France Culture
France Culture
Publicité
En savoir plus

Femmes mortes en couches, nouveaux-nés pas encore baptisés, fornicateurs, voleurs, condamnés à mort, régicides, suicidés, pêcheurs, morts sans confession... Nombreux sont ceux qui n'ont pas les honneurs d'une sépulture en terre consacrée... Du Moyen Age jusqu'au début du vingtième siècle : quel est le sort réservé aux corps sans sépultures ? D'autres corps posent problème : ceux des noyés. Comment savoir si ces corps sont ceux de suicidés ou d'accidentés et - pire - comment organiser les funérailles de ceux dont les corps ont disparu et qui sont amenés à hanter les vivants ? Voilà quelques-unes des thématiques abordées au cours de ce débat. On nous raconte comment les condamnés à mort sont longtemps jetés sur la voirie ou à la croisée des chemins, les pendus sèchent sur leurs cordes, des portions de corps exécutés sont plantés sur des fourches au vu et su de tous, leurs restes servent parfois en pharmacopée. La révolution mettra fin au nom de l'égalité entre les hommes à ces outrages post mortem... Désormais les corps guillotinés ou ceux simplement abandonnés des plus pauvres seront la proie des médecins qui les utiliseront pour leurs dissections dont les journalistes feront ensuite - comme ici ! - leurs choux gras... - dès demain, * ** la Fabrique vous retrouve aux Rendez-Vous de l'histoire de Blois, en direct depuis le Bar de la Halle aux grains. Pour ceux et celles qui souhaiteraient nous rencontrer, précisons qu'à l'issue de l'émission, à 10h, l'équipe se rendra juste en face de la Halle aux grains, au Bar de l'agriculture. A demain ! -** *

Références

L'équipe

Emmanuel Laurentin
Emmanuel Laurentin