Septième croisade : le roi Saint Louis et les croisés assiégeant Damiette en juin 1249 en Basse Egypte. Miniature tirée du manuscrit "Speculum historiale" de Vincent de Beauvais, musée Condé, Chantilly.
Septième croisade : le roi Saint Louis et les croisés assiégeant Damiette en juin 1249 en Basse Egypte. Miniature tirée du manuscrit "Speculum historiale" de Vincent de Beauvais, musée Condé, Chantilly.
Septième croisade : le roi Saint Louis et les croisés assiégeant Damiette en juin 1249 en Basse Egypte. Miniature tirée du manuscrit "Speculum historiale" de Vincent de Beauvais, musée Condé, Chantilly. ©AFP - Photo Josse / Leemage
Septième croisade : le roi Saint Louis et les croisés assiégeant Damiette en juin 1249 en Basse Egypte. Miniature tirée du manuscrit "Speculum historiale" de Vincent de Beauvais, musée Condé, Chantilly. ©AFP - Photo Josse / Leemage
Septième croisade : le roi Saint Louis et les croisés assiégeant Damiette en juin 1249 en Basse Egypte. Miniature tirée du manuscrit "Speculum historiale" de Vincent de Beauvais, musée Condé, Chantilly. ©AFP - Photo Josse / Leemage
Publicité
Résumé

Qu'allait donc faire Louis IX en Egypte ? Que sait le roi de France de sa destination quand il embarque à Aigues-Mortes en 1248 ? Plus largement, que savaient les Croisés de l'Egypte ? Peut-on parler d'un "rêve égyptien" pour les Européens du XIIIe siècle ?

avec :

Abbès Zouache (Directeur du Centre français d’archéologie et de sciences sociales au Koweït.), Yann Potin (historien, archiviste chargé d'études aux Archives nationales), Anne-Marie Eddé (Historienne médiéviste, professeur émérite à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne).

En savoir plus

La Septième croisade, entreprise par Louis IX en 1248, se termine par une défaite et la captivité de celui qui deviendra, peu après sa mort, Saint Louis. Elle intervient dans un contexte géopolitique confus, dans lequel les jeux de pouvoir au sein de l'espace proche-oriental sont complexes. Que savaient les Croisés de l'Egypte ? Y avait-il chez eux la volonté de faire plier la région la plus forte du Proche Orient pour gagner Jérusalem, ou bien pour rester sur place ? Comment la figure du roi de France fut-elle perçue par ses vainqueurs ? Et pourquoi, une fois libéré, décida-t-il de rester de longs mois en Orient ?

Emmanuel Laurentin et Victor Macé de Lépinay s'entretiennent de ces questions avec Anne-Marie Eddé, médiéviste, professeur émérite à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Yann Potin, maître de conférences associé en histoire du droit à l'université Paris-Nord et Abbès Zouache, directeur du Centre français d’archéologie et de sciences sociales au Koweït.

Publicité

Que représente l’Egypte pour un roi chrétien comme Louis IX ?

Anne-Marie Eddé : Plusieurs images de l’Egypte se superposent déjà. Il y a d'une part l’Egypte de la Bible. Les pèlerins qui se rendent en Terre Sainte passent par une Egypte qui est pour eux celle de Joseph, de Moïse, et de la sainte famille fuyant les persécutions d’Hérode, une Egypte imaginaire. Mais grâce ses échanges avec l’empereur Frédéric II qui est venu en Orient, qui a visité Jérusalem, Louis IX a aussi connaissance de la nature du pouvoir en place, d'une certaine réalité politique. Dans une lettre, Frédéric II le met d'ailleurs en garde, lui conseillant de ne pas entreprendre cette croisade.

Yann Potin : Mais le paysage imaginaire de l’Egypte reste construit d'après la Bible : les pyramides sont encore considérées comme les greniers à blé de Joseph. Tout est rapporté à la geste biblique... ou bien au best seller de l’époque : le roman d’Alexandre. Ainsi, pour un prince occidental qui a la prétention d’être empereur de son royaume, l’Egypte est aussi le lieu de l’accomplissement de la geste d’Alexandre, avec la citadelle de Fostât qui pour les souverains de cette époque est assimilée à la Babylone d’Egypte. Cette géographie ne leur paraît pas totalement étrangère parce qu’elle est la matrice en quelque sorte et de la Bible et du souvenir de l’antiquité légendaire d’Alexandre.

Abbès Zouache : La Septième croisade s’inscrit dans une connaissance plus approfondie de l’Orient, des souverains, des dynasties : on n’est plus en 1099 ! La géographie de l’espace égyptien même si elle reste en grande partie littéraire, symbolique, fantasmée, s'est affinée grâce à un certain nombre de textes qui sont lus, connus en Occident, et qui contribuent à rendre la perception de cet espace bien meilleure. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle la voie de la mer est privilégiée et que la croisade va être préparée avec beaucoup de précautions. 

Références

L'équipe

Emmanuel Laurentin
Emmanuel Laurentin
Aurélie Marsset
Collaboration
Renaud Dalmar
Réalisation
Thomas Dutter
Réalisation
Séverine Liatard
Production déléguée
Séverine Cassar
Réalisation
Victor Macé de Lépinay
Production déléguée
Francesca Fossati
Collaboration
Anne Fleury
Réalisation
Anaïs Kien
Production déléguée