La serre de Bary, au jardin botanique de Strasbourg
La serre de Bary, au jardin botanique de Strasbourg ©AFP - CHAREL Franck / hemis.fr / hemis.fr / Hemis via AFP
La serre de Bary, au jardin botanique de Strasbourg ©AFP - CHAREL Franck / hemis.fr / hemis.fr / Hemis via AFP
La serre de Bary, au jardin botanique de Strasbourg ©AFP - CHAREL Franck / hemis.fr / hemis.fr / Hemis via AFP
Publicité

Balade dans l'un des plus vieux jardins botaniques de France, dont les premières traces datent du XVIIe siècle, et qui comprend aujourd'hui un arboretum, plusieurs serres (tropicale, froide, à plantes grasses...), un étang, une école de botanique, des plantes utiles et des parcelles écologiques.

Une balade radiophonique proposée par Séverine Liatard et Anne Fleury

Le jardin botanique de l’université de Strasbourg est créé en 1619, une vingtaine d’année après celui de Montpellier. La ville de Strasbourg est alors une ville d’intellectuels et d’artistes. Elle dispose d’une Académie dès la fin du XVIème. Celle-ci se transforme ensuite en université avec son jardin botanique. Il est situé alors dans le quartier de la Krutenau qui signifie « plaine aux choux », au centre de la ville. Son créateur, Johann Rudolph Salzmann, est un professeur de médecine. Dans un premier inventaire édité en 1670, on recense 1600 espèces.

Publicité

La botanique progresse tout au long du XVIIIème avec les recherches menées notamment par Carl Linné, Buffon, Pierre Magnol, Antoine et Bernard de Jussieu, Michel Adanson ou Jean-Baptiste de Lamarck.

Suite à la Révolution française, de nombreux jardins botaniques disparaissent et l’université de Strasbourg elle-même est supprimée.

Transformé en cimetière lors du siège de la ville par les Allemands en 1870, le jardin botanique est déplacé sur le site de la nouvelle université Impériale proche des anciens remparts de la ville. A la fin du XIXème, l’enseignement de la botanique se développe au sein de l’Université, des serres monumentales sont édifiées. Sous la direction d’Anton de Bary qui va animer l’institut botanique achevé en 1882, le jardin devient avec l’université la vitrine scientifique, culturelle et pédagogique de l’Empire.

Les principales missions du jardin botanique sont la collecte, l’étude et la conservation des plantes, locales ou exotiques. A cela s’ajoute la protection d’espèces menacées d’extinction. Le jardin botanique de Strasbourg dispose aujourd’hui d’un arboretum, d’une serre tropicale et d’une serre froide, la serre de Bary, une serre à plantes grasses, un étang, une école de botanique, des plantes utiles et des parcelles écologiques.

Avec la participation de Roger Miesch  (botaniste et directeur du jardin) Richard Kleinshmager  (spécialiste de l’histoire de l’université de Strasbourg) Laura Asther  (responsable du secteur pédagogique) Christophe Gass  (responsable de l’équipe des jardiniers) Alain Beretz  (Président de l’université de Strasbourg).

Plantes exotiques de la serre chaude du jardin botannique de l'université de Strasbourg
Plantes exotiques de la serre chaude du jardin botannique de l'université de Strasbourg
© Radio France - Séverine Liatard
Roger Miesch et Richard Kleinshmager au Jardin botanique de l'Université de Strasbourg
Roger Miesch et Richard Kleinshmager au Jardin botanique de l'Université de Strasbourg
© Radio France - Séverine Liatard
Serre chaude du Jardin botanique de l'Université de Strasbourg
Serre chaude du Jardin botanique de l'Université de Strasbourg
© Radio France - Séverine Liatard
Shirin Khalili et Laura Asther devant l'étang du Jardin botanique de l'université de Strasbourg
Shirin Khalili et Laura Asther devant l'étang du Jardin botanique de l'université de Strasbourg
© Radio France - Séverine Liatard

L'équipe

Emmanuel Laurentin
Emmanuel Laurentin
Emmanuel Laurentin
Production
Françoise Camar
Réalisation
Aurélie Marsset
Collaboration
Renaud Dalmar
Réalisation
Perrine Kervran
Perrine Kervran
Perrine Kervran
Production déléguée
Séverine Liatard
Production déléguée
Séverine Cassar
Réalisation
Véronique Samouiloff
Réalisation
Maryvonne Abolivier
Collaboration
Anne Fleury
Réalisation
Anaïs Kien
Anaïs Kien
Anaïs Kien
Production déléguée