Reproduction d'un fragment de la frise retraçant un épisode de la révolution de 1848 à Caen.  ©AFP - MYCHELE DANIAU / AFP
Reproduction d'un fragment de la frise retraçant un épisode de la révolution de 1848 à Caen. ©AFP - MYCHELE DANIAU / AFP
Reproduction d'un fragment de la frise retraçant un épisode de la révolution de 1848 à Caen. ©AFP - MYCHELE DANIAU / AFP
Publicité
Résumé

Pour clore cette semaine, à l'occasion du 170e anniversaire de la Révolution de 1848, nous évoquons le moment révolutionnaire et la pluralité des mondes de 1848. Nous revenons aussi sur la publication du 8e numéro de la revue Le Magasin du XIXe siècle, avec un dossier consacré au cosmopolitisme.

avec :

Emmanuel Fureix (Maître de conférences à l’université Paris-Est Créteil.), Victoire Feuillebois (Maîtresse de conférences à l'université de Strasbourg.), José-Luis Diaz (Professeur émérite de littérature française à l'université Paris-Diderot. Président de la Société des études romantiques et dix-neuviémistes. Directeur du Magasin du XIXe siècle.), Clément Thibaud (Maître de conférences en histoire à l’Université de Nantes), Quentin Deluermoz (Historien, professeur d’histoire contemporaine à l’Université de Paris.).

En savoir plus

Dimension globale des révolutions de 1848

En première partie d'émission, nous évoquons le colloque international "Les mondes de 1848" qui se tient ces jours-ci. Ce colloque regroupe des chercheurs venus du monde entier pour faire discuter entre elles différentes approches historiographiques. 

" L’un des facteurs les plus importants pour expliquer la révolution globale de 1848 c’est précisément cette fonction de l’esclavage, l’idée qu’il faut surmonter un monde qui est fondé sur l’économie de l’esclavage. Les premiers mouvements en ce sens ont été posés pendant les révolutions atlantiques antérieures c’est-à-dire la révolution américaine, la révolution française, la révolution haïtienne, les indépendances de l’Amérique latine, et toutes ces révolutions impériales ont posé la question de comment on allait surmonter les tares et les défauts des premiers empires modernes (l’esclavage, l’économie de plantation, etc.)" Clément Thibaud

Publicité

Décret de l’abolition de l’esclavage du 27 avril 1848 

« Article 1 : L’esclavage est entièrement aboli dans toutes les colonies. […]                      
A l’avenir […] il est interdit à tout français de posséder, d’acheter ou de vendre des esclaves et de participer soit directement, soit indirectement à tout trafic ou exploitation de ce genre », 27 avril 1848, lu par Bakary Sangare.

52 min

Ce colloque est l'occasion de discussions animées ou les chercheurs confrontent et enrichissent leurs approches et échelles d'analyse : 1848 perçu comme crise du mi-temps du siècle, queue de comète d’une révolution atlantique, épisode singulier... les échanges se poursuivent. 

Figures du cosmopolitisme

En deuxième partie, en compagnie de José-Luis Diaz et Victoire Feuillebois, nous revenons sur la parution du 8e numéro du magazine Le Magasin du XIXe siècle, Cosmopolis. 

"L'homme du XIXe siècle a l’impression de faire face à une modification d’échelle dans son expérience, avec l idée que les processus se déroulent maintenant à l’échelle du monde. Tout devient universel, on pense au D_ictionnaire universel_ de Pierre Larousse, au Tour du monde en 80 jours et également aux revues : Le Globe ; La Revue des deux mondes, L’Univers illustré, etc. . Nous avons voulu nous pencher sur cette modification pour voir en quoi elle introduisait une rupture avec le XVIIIe siècle et en quoi elle annonçait un certain de nombre de processus dont nous sommes les héritiers aujourd’hui. [...]. Nous avons voulu revenir à la source de l’idée de cosmopolitisme qui est l’idée que cette ouverture au monde se joue dans l’espace urbain. Et que cette mondialisation va de pair avec la métropolisation. " Victoire Feuillebois

Le XIXe est le siècle de la circulation des hommes et des idées ; il est également le siècle de la montée en puissance des nationalismes. Le magazine revient sur les figures du cosmopolitisme au XIXe siècle : la bourgeoisie, l'aventurier sud-américain, l'internationale ouvrière... Les articles reviennent sur les stéréotypes, apportent des nuances et évoquent le brassage géographique et social de cette période. 

4 min

Pour clore cette émission, écoutez C'était à la une ! 

Références : 

  • « guerre aux tyrans », extrait de l’opéra « Charles VI » de Jacques Fromental Halevy, composé en 1843
  • lecture du décret de l’abolition de l’esclavage du 27 avril 1848 lu par Bakary Sangare           
  • « le p’tit cochon » interprété par Yvette Guilbert en 1897 sur des paroles d’Eugène H

Une émission co-animée par Séverine Liatard

Références

L'équipe

Emmanuel Laurentin
Emmanuel Laurentin
Céline Leclère
Collaboration
Aurélie Marsset
Collaboration
Renaud Dalmar
Réalisation
Thomas Dutter
Réalisation
Séverine Liatard
Production déléguée
Séverine Cassar
Réalisation
Victor Macé de Lépinay
Production déléguée
Anne Fleury
Réalisation
Anaïs Kien
Anaïs Kien
Anaïs Kien
Production déléguée