Me Maurice Garçon lors de sa plaidoirie au procès de René Hardy, accusé d'avoir dénoncé Jean Moulin à la Gestapo, 8 mai 1950
Me Maurice Garçon lors de sa plaidoirie au procès de René Hardy, accusé d'avoir dénoncé Jean Moulin à la Gestapo, 8 mai 1950
Me Maurice Garçon lors de sa plaidoirie au procès de René Hardy, accusé d'avoir dénoncé Jean Moulin à la Gestapo, 8 mai 1950 ©AFP - SYLVAIN PEUCHMAURD
Me Maurice Garçon lors de sa plaidoirie au procès de René Hardy, accusé d'avoir dénoncé Jean Moulin à la Gestapo, 8 mai 1950 ©AFP - SYLVAIN PEUCHMAURD
Me Maurice Garçon lors de sa plaidoirie au procès de René Hardy, accusé d'avoir dénoncé Jean Moulin à la Gestapo, 8 mai 1950 ©AFP - SYLVAIN PEUCHMAURD
Publicité
Résumé

A la fois excentrique et conservateur, l'avocat Maurice Garçon reste une figure aussi emblématique qu'énigmatique dans l'histoire du barreau de Paris. En presque soixante ans de carrière, celui qui a défendu Violette Nozière, René Hardy et Jean Jacques Pauvert, aura plaidé toutes les causes.

avec :

Emmanuel Pierrat (Ecrivain, essayiste et avocat), Frédéric Chauvaud (Professeur d’histoire contemporaine à l’université de Poitiers.), Gilles Antonowicz (Avocat et écrivain), Jean-Denis Bredin (Historien, avocat, écrivain, membre de l'Académie Française (1929-2021)).

En savoir plus

Maurice Garçon, portrait d'un avocat au prétoire, un documentaire de Anaïs Kien réalisé par Anne Fleury.

Parolier, aquarelliste, illusionniste, auteur dramatique, amateur d’art et de littérature, d’ésotérisme, de spectacles et de bonne chère, polygraphe invétéré, l'avocat Maurice Garçon (1889-1967) reste une figure énigmatique dans l’histoire du barreau de Paris. En presque soixante ans de carrière, il aura plaidé pour toutes les causes : violences conjugales, crimes de sang, propriété artistique et intellectuelle, sorcellerie, résistance, collaboration, mystiques vengeurs, infanticide, censure, pratiques magiques et escroquerie. Parmi la génération des Jacques Isorni et des René Floriot, qui firent les beaux jours des chroniques judiciaires de la Troisième à la Cinquième république, Maurice Garçon dénote, se taille une place de premier plan malgré une attitude à la fois excentrique et conservatrice. 

Avec les témoignages de Gilles Antonowicz, avocat et biographe de Maurice Garçon, Françoise Lhermitte, Jean-Denis Bredin, avocat et membre de l'Académie française, Frédéric Chauvaud, historien de la justice, Yves Ozanam, archiviste de la bibliothèque de l'Ordre des avocats et Emmanuel Pierrat, avocat au Barreau de Paris.

Publicité
Me Maurice Garçon (à gauche) lors procès de René Hardy, accusé d'avoir dénoncé Jean Moulin à la Gestapo, 8 mai 1950
Me Maurice Garçon (à gauche) lors procès de René Hardy, accusé d'avoir dénoncé Jean Moulin à la Gestapo, 8 mai 1950
© AFP
Références

L'équipe

Emmanuel Laurentin
Emmanuel Laurentin
Françoise Camar
Réalisation
Aurélie Marsset
Collaboration
Renaud Dalmar
Réalisation
Perrine Kervran
Perrine Kervran
Perrine Kervran
Production déléguée
Séverine Liatard
Production déléguée
Séverine Cassar
Réalisation
Maryvonne Abolivier
Collaboration
Anne Fleury
Réalisation
Anaïs Kien
Production déléguée