La maison des enfants à Moissac (Tarn) ©Radio France - Véronique Samouiloff
La maison des enfants à Moissac (Tarn) ©Radio France - Véronique Samouiloff
La maison des enfants à Moissac (Tarn) ©Radio France - Véronique Samouiloff
Publicité
Résumé

En 2007, Jacques Chirac avait fait entrer au Panthéon les Justes de France. Mais qui sont ces Justes ? Ce documentaire de Brigitte Stora et Véronique Samouiloff nous emmène à la rencontre des Justes de Moissac, petite ville du Tarn-et-Garonne, qui sauva de la déportation 500 enfants juifs.

En savoir plus

De 1939 à la fin de la guerre, Moissac (9 000 habitants) dans le sud-ouest de la France, a abrité une maison d’enfants juifs. 500 enfants venus de tous les coins d’Europe y ont été recueillis. Tous ont échappé à la déportation. Grâce au courage de Shatta et Bouli Simon, un jeune couple membre des éclaireurs israélites de France qui la dirigeaient et surtout grâce à la complicité de toute la ville, cette maison située sur les bords du Tarn a échappé à la barbarie nazie. C’est le maire de l’époque, Roger Delthil qui avait mis à leur disposition cette maison, il avait donné le ton en demandant à toute la population d’accueillir les réfugiés. Les enfants allaient à l’école communale avec les enfants moissagais, jouaient, nageaient dans le Tarn et pratiquaient leur religion. Et ce au vu et au su de tous. Et quand en 1943 la zone libre ne l’a plus été, les enfants ont tous été cachés dans des failles alentour. Certains bien sûr à Moissac ont été reconnus « Justes parmi les nations ». Mais le plus extraordinaire reste la complicité silencieuse et bienveillante de toute une ville. L’ensemble de la municipalité, les habitants, les professeurs, les paysans, tous ont participé au sauvetage de ces enfants. Cette histoire exemplaire et porteuse d’espoir permet aussi un éclairage sur l’attitude de nombreux Français, résistants et justes anonymes.

Avec les témoignages de quatre Moissagais reconnus "Justes parmi les Nations" :

Publicité
  • Manuel Darrac : secrétaire de mairie, il a été l’artisan d’un véritable atelier de fabrication de fausses cartes pour les enfants de la maison
  • Alice Pelous : assistante de Manuel Darrac à la mairie, elle fabriquait avec lui de fausses cartes d’alimentation et d’identité pour les enfants de la maison.
  • Jean Gainard : charbonnier à Moissac, il a caché des enfants et donné son identité à certains responsables de la maison.
  • Henriette Ducom : elle a donné son identité à Elisabeth Hirsch, lui permettant ainsi de faire sortir de nombreux enfants des camps de Gurs et de Rivesaltes.
Plaque commémorative sur la place Bouli et Shatta Simon
Plaque commémorative sur la place Bouli et Shatta Simon
© Radio France - Véronique Samouiloff
Médaillons commémoratifs sur la place Bouli et Shatta Simon
Médaillons commémoratifs sur la place Bouli et Shatta Simon
© Radio France - Véronique Samouiloff

Moissac, ville de Justes. Histoire d’un sauvetage pas comme les autres, un documentaire de Brigitte Stora et Véronique Samouiloff

Références

L'équipe

Emmanuel Laurentin
Emmanuel Laurentin
Françoise Camar
Réalisation
Aurélie Marsset
Collaboration
Renaud Dalmar
Réalisation
Perrine Kervran
Perrine Kervran
Perrine Kervran
Production déléguée
Séverine Liatard
Production déléguée
Séverine Cassar
Réalisation
Maryvonne Abolivier
Collaboration
Anne Fleury
Réalisation
Anaïs Kien
Anaïs Kien
Anaïs Kien
Production déléguée