Suite française, le roman posthume d'Irène Némirovsky, publié à Paris 62 ans après la mort à Auschwitz de l'écrivain d'origine juive ukrainienne ©AFP - JEAN AYISSI / AFP
Suite française, le roman posthume d'Irène Némirovsky, publié à Paris 62 ans après la mort à Auschwitz de l'écrivain d'origine juive ukrainienne ©AFP - JEAN AYISSI / AFP
Suite française, le roman posthume d'Irène Némirovsky, publié à Paris 62 ans après la mort à Auschwitz de l'écrivain d'origine juive ukrainienne ©AFP - JEAN AYISSI / AFP
Publicité
Résumé

Emmanuel Laurentin s'entretient avec Susan Rubin Suleiman, auteure de "La question Némirovsky. Vie, mort et héritage d'une écrivaine juive" qui replace l'œuvre et les choix de l'auteure russe réfugiée à Paris dans le contexte politique de l’entre-deux-guerres.

avec :

Susan Rubin Suleiman (professeure de littérature française et de littérature comparée à Harvard University).

En savoir plus

Susan Rubin Suleiman : Quand Nemirovsky a été redécouverte en 2004 - lorsque sa fille Denise a publié le manuscrit de Suite française - tout le monde a été fasciné par cet excellent roman mais aussi par la vie tragique de son auteur morte à l’âge de 39 ans à Auschwitz. Mais  très vite, lorsqu’on a republié ses autres romans, elle est passée du jour au lendemain du statut de victime au statut d’une figure haïssable, celle de la Juive antisémite.

Mlle Isabelle, une cousine des Kampf, professeur de musique dans plusieurs familles de riches coulissiers juifs, était une vieille fille plate, droite et raide comme un parapluie ; elle enseignait à Antoinette le piano et le solfège. Excessivement myope et ne portant jamais de lorgnon, car elle était vaine de ses yeux assez beaux et de ses épais sourcils, elle collait sur les partitions son long nez charnu, bleu de poudre de riz, et, dès qu'Antoinette se trompait, elle lui donnait rudement sur les doigts, avec une règle d'ébène, plate et dure comme elle-même. Elle était malveillante et fureteuse comme une vieille pie. " Le Bal, Irène Némirovsky. 

Publicité

Les textes d'Irène Némirovsky, extraits des œuvres Le Bal, David Golder, Fraternité sont lus par Anne Stephens.

Références

L'équipe

Emmanuel Laurentin
Emmanuel Laurentin
Renaud Dalmar
Réalisation
Thomas Dutter
Réalisation
Séverine Liatard
Production déléguée
Séverine Cassar
Réalisation
Victor Macé de Lépinay
Production déléguée
Anne Fleury
Réalisation
Anaïs Kien
Anaïs Kien
Anaïs Kien
Production déléguée