La contre-attaque décisive de Micheletto Attendolo da Cotignola, (~1456) détrempe sur bois de 3,17 × 1,82 m (musée du Louvre, Paris)
La contre-attaque décisive de Micheletto Attendolo da Cotignola, (~1456) détrempe sur bois de 3,17 × 1,82 m (musée du Louvre, Paris)
La contre-attaque décisive de Micheletto Attendolo da Cotignola, (~1456) détrempe sur bois de 3,17 × 1,82 m (musée du Louvre, Paris)
La contre-attaque décisive de Micheletto Attendolo da Cotignola, (~1456) détrempe sur bois de 3,17 × 1,82 m (musée du Louvre, Paris)
La contre-attaque décisive de Micheletto Attendolo da Cotignola, (~1456) détrempe sur bois de 3,17 × 1,82 m (musée du Louvre, Paris)
Publicité
Résumé

Un documentaire de Victor Macé de Lépinay réalisé par Anne Fleury Deuxième temps de notre semaine consacrée à la Renaissance.

En savoir plus

Que nous raconte la Bataille de San Romano », de Paolo Uccello, chef d’œuvre du musée du Louvre ?

D’abord une bataille bien sûr, méconnue, qui opposa en 1432 les Florentins aux Siennois. Mouvements de troupes et de leur condottiere.

Publicité

Une époque et un lieu ensuite, le quattrocento à Florence, berceau de la Renaissance d’où sortirent Fra Angelico, Donatello, Brunelleschi, Masaccio… et Paolo Uccello donc. Mouvements artistiques et picturaux.

Une réception louvoyante au fil des siècles, également. De Vasari à André Chastel en passant par les surréalistes, on hésita longtemps sur la manière dont il fallait caractériser Uccello et apprécier son œuvre. Mouvements critiques.

Enfin, l’inventivité et le génie d’un peintre obsédé de perspective mais aussi de mouvement, qui joue avec les règles pour insuffler à son œuvre une dynamique d’abord insoupçonnée. Mouvement d’une image sous notre regard.

Suivons ces mouvements !

avec:

- Nadeije Laneyrie-Dagen, histoirenne de l’art, professeur à l’ENS

- Natacha Pernac, historienne de l’art, directrice des études à l’Ecole du Louvre

- James Bloedé, peintre, auteur de « Paolo Uccello et la représentation du mouvement, regards sur la bataille de San Romano »

- Jean Boutier, historien, directeur d’études à l’EHESS

- Neville Rowley, historien de l’art, conservateur à la Gemäldegalerie et au Bode Museum (Berlin)

Références

L'équipe

Emmanuel Laurentin
Emmanuel Laurentin
Françoise Camar
Réalisation
Aurélie Marsset
Collaboration
Renaud Dalmar
Réalisation
Séverine Liatard
Production déléguée
Séverine Cassar
Réalisation
Victor Macé de Lépinay
Production déléguée
Francesca Fossati
Collaboration
Anne Fleury
Réalisation
Anaïs Kien
Production déléguée