Biface de Menchecourt-les-Abbeville, exposé à l'Exposition universelle de 1867 - Didier Descouens
Biface de Menchecourt-les-Abbeville, exposé à l'Exposition universelle de 1867 - Didier Descouens
Biface de Menchecourt-les-Abbeville, exposé à l'Exposition universelle de 1867 - Didier Descouens
Publicité
Résumé

Deuxième volet de notre semaine consacrée à la Préhistoire, ce matin le documentaire de Victor Macé de Lépinay et Anne Fleury sur la redécouverte de Moulin -Quignon

En savoir plus

La mandibule de Moulin-Quignon est ordinairement considérée comme le symbole d’une vaste supercherie archéologique et comme témoin des tâtonnements, voire de la naïveté des premiers préhistoriens.

Mais si toute cette affaire était plus riche d’enseignements que ce que l’on a bien voulu croire ?

Publicité

Moulin-Quignon : lieu dit disparu en périphérie de l’Abbeville du XIXe siècle.

Moulin-Quignon : lieu de fouilles et de constitution d’une collection archéologique, aujourd’hui au Musée de l’Homme, comprenant de nombreux bifaces du paléolithique inférieur et quelques restes humains, parmi lesquelles une célèbre mâchoire.

Moulin-Quignon : nom donné à la controverse scientifique, qui agita dans les années 1860, autour desdits bifaces et de ladite mâchoire, une petite communauté de savants, français et britanniques, ceux-là mêmes qui inventaient et structuraient la science préhistorique alors naissante.

Une controverse donc, et deux personnages centraux :

- le premier est justement l’un de ces savants, sans doute pas le moins original : Jacques Boucher de Perthes. Il écrit, prononce des discours, débat, s’indigne… convaincu de l’importance et de l’authenticité de sa découverte.

- le second est au cœur de toutes les discussions, mais on ne l’entend pas : c’est notre lointain ancêtre à tous, celui que l’on appelle alors « l’homme fossile » ou « l’homme antédiluvien ». Les bifaces sont-ils de sa main ? La mâchoire est-elle la sienne ?

Cent-cinquante ans plus tard, avec des méthodes d’investigations nouvelles et un cadre épistémologique établi, une équipe de chercheurs redécouvre aujourd’hui Moulin-Quignon, le lieu, les collections, la controverse.

Avec: - Marie-Hélène Moncel, Préhistorienne, Directeur de recherches CNRS rattachée au Museum national d’histoire naturelle (MNHN),

- Amélie Vialet, maître de conférences en paléo-anthropologie au MNHN,

- Agathe Jagerschmidt, conservatrice du Musée Boucher de Perthes à Abbeville,

- Jean-Luc Locht, ingénieur de recherche à l'Institut national de recherches archéologiques préventives (INRAP), chercheur associé au Laboratoire de Géographie Physique de Meudon

- Arnaud Hurel, ingénieur de recherche au département de préhistoire du Muséum national d’Histoire naturelle (MNHN) et membre associé du centre Koyré d'histoire des sciences et des techniques.

Lien vers le troisième tome des "Antiquités celtiques" de Jacques Boucher de Perthes, où l'affaire de Moulin Quignon est présentée

Lien vers la revue "L 'Anthopologie" consacré à l'affaire

MNHN

INRAP

Musée Boucher de Perthes

Références

L'équipe

Emmanuel Laurentin
Emmanuel Laurentin
Françoise Camar
Réalisation
Aurélie Marsset
Collaboration
Renaud Dalmar
Réalisation
Séverine Liatard
Production déléguée
Séverine Cassar
Réalisation
Victor Macé de Lépinay
Production déléguée
Francesca Fossati
Francesca Fossati
Francesca Fossati
Collaboration
Anne Fleury
Réalisation
Anaïs Kien
Anaïs Kien
Anaïs Kien
Production déléguée