France Culture
France Culture
Publicité
En savoir plus

« La physique amusante » est un recueil de poésie de Jacques Réda qui paraît ce mois-ci chez Gallimard. Nous l'accueillons aujourd'hui dans « Sciences et Conscience ». Mais c'est aussi le nom d'un atelier pour les enfants du Palais de la découverte consacré à l'électromagnétisme et à l'électrostatique. Au collège également des professeurs se plaisent à concevoir des problèmes de physique amusante. Il est vrai que dans la seconde moitié du XVIIIe siècle on se passionnait pour l'électricité naissante et que les expériences de physique amusante faisaient la joie des salons. Les physiciens électrisants s'essayaient à guérir la paralysie par les commotions de la bouteille de Leyde. Mais revenons à la poésie. Que vient faire la poésie dans la science ? Et en quoi la poésie participe-t-elle de cette mise en culture de la science chère au physicien Jean Marc Lévy-Leblond ? La poèsie scientifique a longtemps constitué un genre majeur que d'aucuns font remonter à Lucrèce (98-54 av. J.C.) et Virgile (70-19 av. J.C). C'est ainsi qu'en 1799, Cadet de Gassicourt, futur secrétaire du Conseil de salubrité de l'Académie de médecine, publie « Le Poète et le Savant », ou « Dialogues sur la nécessité pour les gens de lettres d'étudier la théorie des Sciences ». Intercesseur, le poète joue alors un rôle de diffusion des idées scientifiques en tentant de les « rendre populaires et de les proposer à l'admiration des hommes ». Or au cours du XIXe, la poèsie passe du statut de vecteur privilégié à celui de forme honnie pour la propagation de la culture scientifique. La poésie scientifique perd de son aura. Le genre est déclaré obsolète et jugé incapable de contribuer à l'exposition du vrai. Le poète Leopardi (1798-1837) affirme même qu'il existe entre science et poésie, « une inimitié jurée et mortelle », et Charles Baudelaire proclame, à la suite d'Edgar Poe, « le caractère extra-scientifique de toute poèsie ». Le déclin de la poésie scientifique conduit à une remise en cause des relations entre la culture scientifique et la culture littéraire. Que s'est-il passé ? Les poémes géométriques de Guillevic, les odes à la science de John Updike seraient-ils des exceptions dans ce paysage dévasté ? Jacques Réda serait-il un rescapé de la poésie scientifique ? Ce seront entre autres les questions du jour...

Références

L'équipe

Thomas Dutter
Réalisation