Une de la Provence samedi 12 octobre
Une de la Provence samedi 12 octobre - La Provence
Une de la Provence samedi 12 octobre - La Provence
Une de la Provence samedi 12 octobre - La Provence
Publicité

Que s’est-il passé entre vendredi soir et samedi midi pour que presque toutes les rédactions françaises annoncent pendant 15h l’arrestation d’un homme qui n’était en fait pas le bon ? Avec Arnaud Mercier, professeur à l'IFP, et Olivier Lafont, journaliste à "La Provence"

Avec
  • Olivier Lafont (La Provence) Chef adjoint des informations générales au journal La Provence
  • Arnaud Mercier professeur en sciences de l'information et de la communication à l'Institut Français de Presse - Université Paris II

Vendredi 11 octobre vers 21h, après que Le Parisien a donné une information « exclusive », les chaînes d’info basculent en édition spéciale et les journaux bouclent leur une avec ce titre à l’affirmatif : Xavier Dupont de Ligonnès vient d’être arrêté à l’aéroport de Glasgow, en Ecosse. Ce père de famille, recherché depuis plus de huit ans par toutes les polices de France et Interpol, est soupçonné du quintuple meurtre de toute sa famille à Nantes. L’Affaire va dès lors occuper radios, télés, réseaux sociaux et journaux jusqu’au samedi midi, au moment où le résultat des tests ADN tombe : il ne s’agit pas de Xavier Dupont de Ligonnès. 

Que s’est-il passé ? Comment comprendre un tel emballement ? Et quelles leçons tirer de ce fiasco médiatique ?

Publicité

Arnaud Mercier

Il y a une mauvaise habitude des médias à faire confiance aux autres médias. Et donc un confrère, à l'instar de l'AFP, devient fiable. Cela s'est déjà produit auparavant. Et puis on a le problème de rapport aux sources policières. Il y a des habitudes de collaborations entre les journalistes et la police, qui sont presque fusionnelles. Les journalistes en perdent toute lucidité. 

Olivier Lafont

il est difficile de faire un pas de côté dans ce genre affaire, mais nous devons le faire. On est tous pris dans une course à l'information, on cède tous à la pression, on a peur de manquer quelque chose, de passer à côté du scoop. La décision de mettre un point d'interrogation à notre titre et de passer le texte au conditionnel a donc été compliquée à prendre. 

Pour aller plus loin :

Retour sur l'emballement : les faits, Le Monde

Ligonnès : comment la Provence est passée à l'interrogatif ?, Arrêt sur images

Dupont de Ligonnès: fiasco des médias, échec policier, Le Temps

L'équipe