Publicité
En savoir plus

A partir du film Notre monde de Thomas Lacoste (sortie en salles 13 mars).

Avec :

Publicité

François CUSSET

Jean-Louis COMOLLI

Mathieu POTTE BONNEVILLE

François Cusset : « On doit à Thomas Lacoste des films militants importants sur le combat de l’université, sur la recherche, sur la justice, sur la campagne de 2007. Il faut aller voir ce film parce qu’il y a d’abord l’injonction qui est « Faites de la politique », une injonction qu’on n’entend plus assez aujourd’hui. […] On a surtout des morceaux de bravoure : le grain d’une voix, l’élan d’une conscience, etc. […] Et pourtant, ce film militant et qu’on devrait tous aller voir pose deux problèmes majeurs. Le premier (qui me gêne le plus) est sa foi un peu naïve dans le pouvoir de la pensée, dans l’espèce de magie de l’intellectuel oracle. C’est une croyance que le film met en scène avec lyrisme. Cette croyance est un peu scolaire et elle risque de contredire au fond le message d’égalité. […] Moi j’y entends le monopole de l’intellectuel. […] Attention à l’académisme, à l’idéalisme, attention au côté un peu scolaire ou moralisant. […] Le deuxième problème […], c’est la technique de ce film, sa mise en scène un peu didactique, son montage absolument omniscient […]. C’est un objet classique. Or, le problème d’un objet classique filmique est qu’il fait de la pensée beaucoup moins un événement (quelque chose qui a lieu devant nous) qu’une leçon assez professorale. »

Jean-Louis Comolli : « Je suis d’accord avec pratiquement tout ce qui est dit dans le film. […] La seule question que je me pose c’est : qu’en est-il de l’écoute de la pensée ? […] Ce film est malheureusement un peu ennuyeux. […] La place du spectateur n’a pas été pensée comme celle de celui qui devait entendre ces pensées à travers des mots et qui devait éventuellement s’en émouvoir ou s’en alarmer. Il manque, ce qu’on appelle bêtement, une sensibilité, une émotion, une empathie ou une antipathie (qui n’est pas pensée par le film). Tout se passe comme si énoncer sa pensée était une chose simple et facile, et comme si l’entendre était une chose qui allait de soi, […] alors que filmer la parole ne va pas de soi (il ne suffit pas que les choses soient dites pour qu’elles soient filmées), et filmer l’écoute ne va pas de soi non plus (une parole sans écoute est une parole qui malheureusement tourne sur elle-même, à vide). Et d’une certaine façon, on a le sentiment à de nombreuses reprises que ces grands intellectuels, ces grands spécialistes, parlent à eux-mêmes. »

Mathieu Potte Bonneville : « Je crois qu’il ne faut pas extraire ou abstraire le film de ses usages. Ce film est conçu pour donner lieu à des débats, pour être projeté dans des contextes où il soit possible d’en parler ensuite. […] Mais je crois que le film hésite profondément entre deux registres : 1) celui de la boîte à outils (recenser, compiler un certain nombre de concepts, d’analyses, de propositions, dans une perspective assez pragmatique) 2) donner une forme de solennité (la mise en scène, la musique pour moi, ce film pose un problème fondamental de violoncelle par exemple ou d’obscurité). […] Or, c’est pas seulement le problème du film, c’est tout autant la question que pose le contenu des discours qui y sont produits, parce qu’au fond ce dont on s’aperçoit en écoutant ce que disent les intervenants de ce film, c’est qu’il y a deux registres d’intervention : 1) un registre calé du côté des propositions (analyse experte ou spécifique) 2) et puis, des interventions beaucoup plus vastes, du côté de l’horizon (produire une forme d’horizon général de notre temps, une certaine forme de lyrisme). Et le film hésite entre la boîte à outils et la solennité parce que les discours qui s’y tiennent hésitent entre des propositions spécifiques (politiques) concrètes et un horizon politique. Or, faire communiquer ces deux plans-là n’est pas le problème du film mais le problème de la critique aujourd’hui. »

**Sons diffusés : **

  • Extrait de la bande-annonce du film.
  • Extrait du film.

**Le film « Notre Monde » le lundi 25 mars à Paris : ** l'Espace Saint michel à ** 19h30 ** en présence de Michel Butel et Thomas Lacoste.

PARIS : Mk2 Beaubourg

BORDEAUX : Utopia

TOULOUSE : Utopia

AVIGNON : Utopia

ORLEANS : Cinéma Les Carmes

STRASBOURG : Le Star

NANTES : Le Concorde

GRENOBLE : Le Méliès

LYON : Comoedia

MONTPELLIER : Le Diagonal

LILLE : Majestic

ROUEN : Cinéma Omnia

VALENCE : Le Lux

Dates pour chaque ville à la rubrique RDV du site web.

Pour poursuivre la discussion, retrouvez ci-dessous les principaux documents et ouvrages évoqués dans l’émission, ou rendez-vous sur la page Facebook et le compte Twitter de La Grande Table.

Pour accéder à la deuxième partie de La Grande Table du * 25.03.2013 * intitulée « Grand entretien avec Sonia WIEDER ATHERTON », cliquez ici.

Références

L'équipe

Caroline Broué
Caroline Broué
Caroline Broué
Production
Aude Tortuyaux
Collaboration
Michela Marzano
Chronique
Tobie Nathan
Chronique
Emmanuel Lincot
Chronique
Raphaël Bourgois
Production déléguée
Eric Fassin
Chronique
Pascal Blanchard
Pascal Blanchard
Pascal Ory
Chronique
François Simon
Chronique
Hervé Le Tellier (2020)
Hervé Le Tellier (2020)
Patrick Boucheron
Patrick Boucheron
Joy Sorman
Chronique
Philippe Trétiack au Caire (Egypte)
Philippe Trétiack au Caire (Egypte)
Sarah Bernard
Collaboration
Alain Bublex
Chronique
Ségolène Dargnies
Collaboration
Myriam Marzouki
Chronique
Brigitte Masson
Collaboration
Peire Legras
Réalisation
Zahia Rahmani
Chronique
Roland Castro
Chronique
Hyam Yared
Chronique
Marin de Viry
Chronique
Ruwen Ogien
Chronique
André Gunthert
Chronique
Corinne Amar
Collaboration
Marc Weitzmann
Chronique
Sylvie Laurent
Chronique
Alain Kruger
Chronique
Bertrand Lavier
Bertrand Lavier
Bertrand Lavier
Chronique