Deep mirror (yellow)
Deep mirror (yellow) - 2016 Olafur Eliasson / Photo: Anders Sune Berg
Deep mirror (yellow) - 2016 Olafur Eliasson / Photo: Anders Sune Berg
Deep mirror (yellow) - 2016 Olafur Eliasson / Photo: Anders Sune Berg
Publicité

Le château de Versailles accueille cet été, comme depuis huit ans, un grand nom de l’art contemporain. Olafur Eliasson investit les lieux en y installant de grandes œuvres ludiques sur son thème de prédilection : les éléments naturels.

Avec
  • Olafur Eliasson artiste contemporain

Depuis 2008, le Château de Versailles invite chaque année un artiste français ou étranger à investir les lieux. Après Jeff Koons, Takashi Murakami ou encore Anish Kapoor, carte blanche a été donnée cette année à l’artiste danois Olafur Eliasson. A l’intérieur du château ou dans les jardins, cet « artiste écologiste » propose de grandes installations ludiques – une immense cascade installée dans le grand canal, un brumisateur géant ou des jeux optiques et de lumière qui interagissent avec les miroirs dans les salles du Château… - et poursuit ainsi son travail sur les phénomènes naturels. Une seule chose importe à Olafur Eliasson : que les spectateurs s’emparent de ses œuvres et puissent vivre une expérience sensible grâce à elles.

Waterfall, Olafur Eliasson 2016
Waterfall, Olafur Eliasson 2016
- Photo: Anders Sune Berg

Installé depuis une vingtaine d’années à Berlin, Olafur Eliasson s’est fait connaître du grand public en 2003 avec l’installation d’un immense soleil artificiel au sein du grand hall de la Tate Modern à Londres. En 2008, il conçoit une cascade géante sous le pont de Brooklyn à New-York. En décembre dernier, à l’occasion de la COP 21, il installait douze glaciers géants venus du Groenland en plein Paris, sur la place du Panthéon, pour alerter sur le réchauffement climatique.

Publicité

, du 7 juin au 30 octobre 2016.

Glacial rock flour garden, Olafur Eliasson 2016
Glacial rock flour garden, Olafur Eliasson 2016
- Photo: Anders Sune Berg
Solar compression, Olafur Eliasson 2016
Solar compression, Olafur Eliasson 2016
- Photo: Anders Sune Berg
Your sense of unity, Olafur Eliasson 2016
Your sense of unity, Olafur Eliasson 2016
- Photo: Anders Sune Berg

Sons diffusés :

  • "Words are dead", Agnes Obel
  • La Peinture - 2ème air pour quatre peintres et deux valets, Jean-Baptiste Lully
  • "So mild the wind so meek the water", Jan Garbarek

___

(Ré)écoutez ici la deuxième partie de l'émission sur la post-démocratie, avec le professeur de sciences politiques Yves Sintomer.

L'équipe