France Culture
France Culture
Publicité
En savoir plus

*A partir de l'essai d'Eva Illouz, * Pourquoi l'amour fait mal ? (Seuil, 2012).

Avec : Michaël FOESSEL Geneviève BRISAC Pascal ORY
**Michaël Foessel : ** "Eva Illouz s'intéresse au désenchantement moderne sur le sentiment : que signifie "aimer" dans le monde moderne ? L'émancipation de l'individu, et notamment des femmes, par rapport aux cadres sociaux, a des conséquences sur le sentiment amoureux. Eva Illouz pronostique la rationalisation des passions et la disparition pure et simple de la passion amoureuse, qui est une figure de l'improductivité dans un monde régi par la productivité. Comme l'écrit l'auteur, "Le triomphe de l'amour et de la liberté sexuelle signe l'entrée de l'économie dans la machine du désir". L'individu amoureux est donc aujourd'hui beaucoup plus exposé à la réussite et à l'échec, d'où une sorte de phobie de l'engagement par rapport à l'amour qui devient le grand danger de la vie."

Publicité

Geneviève Brisac : "Cet ouvrage met en évidence une tension entre l'émancipation des femmes et une société restée patriarcale. Cette tension s'exerce aussi bien sur les hommes que sur les femmes, mais les hommes y trouvent plus facilement un légitimité. Ainsi, les jeunes femmes essaient d'être libres, mais sont confrontées à des modèles sociaux de séduction et de reconnaissance qui ne leur sont pas nécessairement familiers. Les femmes adultes vont, dans leur désir de reproduction, accepter des modes d'organisation familiale qui ne sont pas forcément les leurs. Les femmes de plus de 60 ans sont quant à elles très largement seules. Cela donne donc, pour les femmes, un chemin qui mérite d'être interrogé et qui pose une question éthique : il faut peut-être considérer qu'une vie n'est pas seulement dédiée à la consommation ou à la jouissance, mais qu'elle se pense aussi dans le rapport aux autres."

**Pascal Ory : ** "L'amour passion nous vient essentiellement du romantisme. L'Amour avec un grand A est lui-même daté, construit. Dans la culture de la Grèce classique, aucun mot ne peut être traduit par "amour". La contribution du christianisme est essentielle à cette construction, avec le mariage monogame, un rapport à un Dieu qui est tout amour, ou encore la Vierge Marie, la mère absolue et la souffrante absolue. Le romantisme a quant à lui introduit l'individualisme, dont il est largement question dans l'ouvrage d'Eva Illouz."

Sons diffusés :

  • Extrait du film Madame Bovary de Claude Chabrol.
  • Archive : Eva Illouz, sur politibooks.com.
  • Extrait du film Shame de Steve MacQueen.
  • "Je ne peux vivre sans t'aimer", interprété par Catherine Deneuve, extrait de la bande originale du film Les bien-aimés de Christophe Honoré.
Références

L'équipe

Caroline Broué
Caroline Broué
Caroline Broué
Production
Aude Tortuyaux
Collaboration
Tobie Nathan
Chronique
Raphaël Bourgois
Production déléguée
Eric Fassin
Chronique
Pascal Blanchard
Pascal Blanchard
Pascal Ory
Chronique
François Simon
Chronique
Hervé Le Tellier (2020)
Hervé Le Tellier (2020)
Joy Sorman
Chronique
Philippe Trétiack au Caire (Egypte)
Philippe Trétiack au Caire (Egypte)
Sarah Bernard
Collaboration
Alain Bublex
Chronique
Ségolène Dargnies
Collaboration
Myriam Marzouki
Chronique
Brigitte Masson
Collaboration
Peire Legras
Réalisation
Zahia Rahmani
Chronique
Roland Castro
Chronique
Hyam Yared
Chronique
Marin de Viry
Chronique
Ruwen Ogien
Chronique
André Gunthert
Chronique
Corinne Amar
Collaboration
Marc Weitzmann
Chronique
Sylvie Laurent
Chronique
Alain Kruger
Chronique
Bertrand Lavier
Bertrand Lavier
Bertrand Lavier
Chronique