Publicité
En savoir plus

*A partir de l'ouvrage * La Mariée mécanique, Folklore de l'homme industriel (1951) de Marshall McLuhan.

Avec : Mathieu POTTE-BONNEVILLE Adré GUNTHERT Eric FASSIN
Eric Fassin : « Nous portons sur cet univers [des années 50] un regard ironique qui est déjà celui de McLuhan, c’est-à-dire une espèce de jouissance amusée que l’on peut avoir à regarder ce monde aseptisé. Par exemple sur toutes les images, tout le monde est blanc. On retrouve le fantasme américain des années 50 et la référence à David Riesman, le sociologue auteur de La foule solitaire (1950) sur le conformisme américain. Il y a là le modèle social et culturel américain des années 50 où la femme est rentrée à la maison, où l’homme gagne de l’argent dans le monde de l’entreprise. McLuhan fait l’impasse sur le prolétariat noir. C’est un livre qui reflète non pas tant une réalité qu’un fantasme et de ce point de vue là, il s’attache à des contenus imaginaires qui permettent de comprendre la production par les média et par la publicité de cette Amérique des années 50. Et il le fait avec une esthétique fragmentée historiquement située : c’est une volonté de s’inscrire dans le modernisme. »

Publicité

Mathieu Potte-Bonneville : « L’un des problèmes que pose la série « Mad Men » est aussi au cœur du livre de McLuhan et on le peut le définir comme suit : avec l’Amérique des années 50, on a une société qui prétend prendre en charge industriellement les problèmes existentiels et affectifs de l’être humain. Il s’agit de savoir comment l’industrie va pouvoir porter les angoisses, les inquiétudes, les désirs des individus dans une société qui est à la fois une société individualiste et une société de masse. Or c’est exactement ce que repère McLuhan, jusqu’au titre, La Mariée mécanique : comment le rapport à soi-même est entièrement recapté et retransformé par l’industrie. Et la question de moraliste que se pose McLuhan est la celle des types humains que ce type de fabrique produit : quels sont les différents types humains qui sont appelés à peupler cette Amérique et quelle violence est imprimée aux êtres humains ? Et le regard de McLuhan est extrêmement en colère sur ce qui est en train d’advenir à l’être humain. »

André Gunthert : « Ce monde enchanté du cynisme repose sur le fantasme de pouvoir cacher ce que l’on veut faire faire aux gens. Ce mécanisme ne serait accessible qu’à des experts qui pourraient avoir accès à leur maîtrise. On a à cette époque une approche sociologique différente car contrairement à McLuhan qui s’intègre à l’objet, Walter Benjamin ou Hogart vont s’intéresser à la réponse des consommateurs, des usagers. Ils instaurent une marge qui est celle de l’épaisseur de la réception et qui change complètement la vision que l’on peut avoir de ces mécanismes propres aux industries culturelles. »

Références

L'équipe

Caroline Broué
Caroline Broué
Caroline Broué
Production
Aude Tortuyaux
Collaboration
Tobie Nathan
Chronique
Raphaël Bourgois
Raphaël Bourgois
Raphaël Bourgois
Production déléguée
Eric Fassin
Chronique
Pascal Blanchard
Pascal Blanchard
Pascal Ory
Chronique
François Simon
Chronique
Hervé Le Tellier (2020)
Hervé Le Tellier (2020)
Joy Sorman
Chronique
Ghaleb Bencheikh
Ghaleb Bencheikh
Philippe Trétiack au Caire (Egypte)
Philippe Trétiack au Caire (Egypte)
Sarah Bernard
Collaboration
Alain Bublex
Chronique
Ségolène Dargnies
Collaboration
Myriam Marzouki
Chronique
Brigitte Masson
Collaboration
Peire Legras
Réalisation
Zahia Rahmani
Chronique
Roland Castro
Chronique
Hyam Yared
Chronique
Marin de Viry
Chronique
Ruwen Ogien
Chronique
André Gunthert
Chronique
Corinne Amar
Collaboration
Marc Weitzmann
Marc Weitzmann
Marc Weitzmann
Chronique
Sylvie Laurent
Chronique
Alain Kruger
Chronique
Bertrand Lavier
Bertrand Lavier
Bertrand Lavier
Chronique