Sava Lolov dans la peau de Benjamin
Sava Lolov dans la peau de Benjamin - Stofletz
Sava Lolov dans la peau de Benjamin - Stofletz
Sava Lolov dans la peau de Benjamin - Stofletz
Publicité

Pour cette première partie de la Grande table, nous recevons le philosophe et médiologue Régis Debray qui signe le livret de l’opéra « Benjamin, dernière nuit » transposant la mort du philosophe et traducteur allemand en drame lyrique.

Avec

« C’est un réfugié qui n’a jamais trouvé de refuge, un apatride qui n’a jamais trouvé de patrie… »

Mis en scène par Peter Fulljames, et en musique par Michel Tabachnik, le livret inédit de Régis Debray revient sur le suicide du philosophe allemand Walter Benjamin (1892-1940), capturé à la frontière espagnole alors qu’il s’apprêtait à s'exiler aux Etats-Unis pour fuir l'Europe nazie. Créé à l’ opéra de Lyon dans le cadre du festival lyrique nouvellement rebaptisé « Festival pour l’humanité », Benjamin, dernière nuit souligne le caractère fondamentalement contemporain et paradoxal de cet intellectuel qui fut un des premiers à théoriser la culture de masse. « Partagé entre Marx et la Kabbale », entre technologie et théologie, Walter Benjamin devient sous la plume de Régis Debray un homme exemplaire de nos propres contradictions.

Publicité

« Il existe un rendez-vous tacite entre les générations passées et la nôtre »

Sons diffusés :

  • Extrait du film « Who Killed Walter Benjamin » David Mauas
  • Extrait de l’émission « Le magazine » France Musique du 05/04/2010 « Michel Tabachnik »
  • Extrait de « Nuits Magnétiques » 02/10/1987 et « Mémoires du siècle » du 16/08/1988 « Lisa Fittko »
  • Extrait de « Benjamin, dernière nuit », musique composée par Michel Tabachnik

Retrouvez ici la seconde partie de notre série spéciale sur la réforme du travail en France. Nous abordons aujourd’hui cette question sous l’angle du numérique, en compagnie de la spécialiste des transformations du marché du travail Julie Coudry et du chercheur en sociologie Antonio Casilli.

L'équipe