Un étudiant contestataire intervient, le 15 mai 1968 à Paris, devant des étudiants en grève, dans un amphithéâtre de la Sorbonne occupée
Un étudiant contestataire intervient, le 15 mai 1968 à Paris, devant des étudiants en grève, dans un amphithéâtre de la Sorbonne occupée ©AFP - Anonyme
Un étudiant contestataire intervient, le 15 mai 1968 à Paris, devant des étudiants en grève, dans un amphithéâtre de la Sorbonne occupée ©AFP - Anonyme
Un étudiant contestataire intervient, le 15 mai 1968 à Paris, devant des étudiants en grève, dans un amphithéâtre de la Sorbonne occupée ©AFP - Anonyme
Publicité

A l'occasion du bras de fer engagé entre le gouvernement et les étudiants et du quarantième anniversaire de mai 68, éclairages de l'historien Christophe Charle, auteur d'une Histoire des universités (PUF), et le juriste Olivier Beaud, professeur en droit public à l’Université Panthéon-Assas.

Avec
  • Olivier Beaud Professeur de droit public à l'Université Paris 2
  • Christophe Charle Professeur émérite d'histoire contemporaine à l'université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

50 ans après, l’Université peut-elle connaître un nouveau Mai 68 ? 

"L'université est un lieu où on élabore un savoir qui doit être partagé. L'impératif de professionnalisation tue l'Université et la transforme en École." Olivier Beaud 

Publicité

Deux mois après le vote de la loi sur la réforme d’accès à l’université, qui introduit un nouveau système de classement des dossiers, pour réduire le taux d’échec en première année, la colère monte. Plus de 400 enseignants-chercheurs ont signé une tribune sur France Info dénonçant « Une sélection absurde », apportant dans certaines universités comme à Tolbiac ou à Lille leur soutien aux étudiants, s’opposant à la nouvelle Loi Vidal comme à Poitiers ou à Tours. Dans le viseur d’une partie des enseignants, le nouveau principe d’orientation par l’algorithme mesurant les chances de réussite en lieu et place du tirage au sort. Parcoursup contre Admission Post bac. Qui dit mieux ? Eux. 

Signataire de cette tribune, notre premier invité : l'’historien Christophe Charle, professeur à Paris I, président de l’ARESER (Association de réflexion sur les enseignements supérieurs et la recherche). Il est l'auteur notamment d’une Histoire des universités, du 12e au 21e siècle (PUF, 2012)

-Avec nous également, Olivier Beaud : professeur agrégé de droit public à l’Université Paris II Panthéon-Assas, président d’honneur de Qualité de la Science française, organisme de réflexion sur la recherche française, auteur de Les Libertés universitaires à l’abandon ? Pour une reconnaissance pleine et entière de la liberté académique, chez Dalloz en 2010, défenseur de la liberté et de l’autonomie des enseignants chercheurs et de la sélection à l’entrée de l’université. 

"La loi Pécresse a entraîné une baisse de recrutement des enseignants chercheurs, et une baisse des dotations publiques aux universités." Christophe Charle 

Pour (ré)écouter la première partie de La Grande Table : 

L'équipe

Olivia Gesbert
Olivia Gesbert
Olivia Gesbert
Production
Claire Mayot
Production déléguée
Charlotte Roux
Réalisation
Chloé Leblond
Collaboration
Henri Le Blanc
Collaboration
Clémence Mary
Collaboration
Peire Legras
Réalisation