Manifestation contre la Loi Travail le 26 mai 2016
Manifestation contre la Loi Travail le 26 mai 2016
Manifestation contre la Loi Travail le 26 mai 2016 ©Maxppp - Aurelien Morissard  IP3
Manifestation contre la Loi Travail le 26 mai 2016 ©Maxppp - Aurelien Morissard IP3
Manifestation contre la Loi Travail le 26 mai 2016 ©Maxppp - Aurelien Morissard IP3
Publicité
Résumé

Alors que se déroule aujourd’hui une neuvième journée de manifestation, nous tentons de mieux comprendre comment il est possible de réformer le code du travail en France, avec l’ancien ministre du Travail Jean Auroux, auteur des lois Auroux qui ont modifié plus d’un tiers du Code du travail en 1982.

avec :

Frédéric Sawicki (Professeur de science politique à l'Université Paris I Panthéon-Sorbonne), Jean Auroux (Ancien Ministre du travail (1981-1982), auteur d’un ensemble de lois qui ont modifié le code du travail en 1982, maire honoraire de Roanne).

En savoir plus

Lorsqu’il est nommé ministre du Travail en 1981, Jean Auroux a 39 ans et est d’abord un homme de terrain, maire de Roanne et élu dans la 5e circonscription de la Loire. Quelques mois après sa nomination, il remet un rapport sur le droit des travailleurs dont la ligne directrice consiste à développer une « citoyenneté de l’entreprise ».

Les lois Auroux, votées en quatre volets d’août à décembre 1982, instaurent les comités d'hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) dans les entreprises, un droit de retrait pour les salariés en cas de danger grave et imminent, l’obligation d’un règlement intérieur dans les entreprises, une négociation annuelle obligatoire (NAO) avec les délégués syndicaux portant notamment sur les salaires et l'organisation du travail… Renforcer à la fois les libertés individuelles des salariés et le collectif à travers les instances représentatives : telle est l’esprit de ces lois.

Publicité

En quoi les lois de 1982 résonnent-elles aujourd’hui avec la loi portée par la ministre du Travail actuelle, Myriam El Khomri ? En quoi les réformes du code du travail hier peuvent-elles nous éclairer sur celles d’aujourd’hui, et sur la mobilisation à leur encontre ?

« Il faut rénover nos conventions collectives en leur donnant la souplesse par métier qui est nécessaire. Et dans le cadre de cette souplesse négociée, qu’on fasse aussi confiance aux acteurs dans l’entreprise. Dire qu’un contrat dans l’entreprise sera a priori contestable, c’est plus ou moins méprisant vis-à-vis des salariés (…) Il faut conjuguer les deux. Je garde la hiérarchie des normes dans le principe, à condition que la loi, la convention collective, ouvre les portes et les fenêtres de manière à faire aussi confiance au terrain, en tenant compte des conjonctures, des circonstances. Les gens ne sont pas stupides, ils ne vont pas voter n’importe quoi. C’est vrai qu’il peut y avoir des pressions, mais je pense qu’il faut rééquilibrer le système. »

Jean Auroux, La Grande table

Pour discuter avec Jean Auroux, nous accueillons également Frédéric Sawicki, professeur de science politique à l'Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, spécialiste des organisations politiques, du métier politique et du militantisme.

Son diffusé :

  • "Traffic", Bernard Lavilliers

___

(Ré)écoutez ici la première partie de l'émission, avec les deux auteurs de bande dessinée Catherine Meurisse et Charles Berberian.

Références

L'équipe

Caroline Broué
Caroline Broué
Caroline Broué
Production
Jeanne Aléos
Collaboration
Raphaël Bourgois
Production déléguée
Henri Le Blanc
Collaboration
Philippe Baudouin
Réalisation
Clémence Mary
Collaboration