Des élèves de terminale attendent les sujets, au premier jour des épreuves du baccalauréat, le 17 Juin 1976, à Paris.
Des élèves de terminale attendent les sujets, au premier jour des épreuves du baccalauréat, le 17 Juin 1976, à Paris. ©AFP - AFP
Des élèves de terminale attendent les sujets, au premier jour des épreuves du baccalauréat, le 17 Juin 1976, à Paris. ©AFP - AFP
Des élèves de terminale attendent les sujets, au premier jour des épreuves du baccalauréat, le 17 Juin 1976, à Paris. ©AFP - AFP
Publicité

Un regard sur la réforme du bac : celui d'Antoine Compagnon, professeur au Collège de France, titulaire de la chaire de Littérature française moderne et contemporaine.

Avec
  • Antoine Compagnon Professeur au Collège de France depuis 2006, titulaire de la chaire de Littérature française moderne et contemporaine

"Il y a des risques dans cette liberté de choix laissée à des lycéens très jeunes : on leur propose un menu, et certains seront tentés de ne choisir que les desserts." Antoine Compagnon 

La disparition annoncée des filières, remplacées par un tronc commun et des spécialités ; l'instauration d'un module d'orientation obligatoire ; et surtout un baccalauréat revu et redimensionné : c'est la refonte du lycée façon Blanquer. Moins d'épreuves (40% de la note finale sera obtenue par un contrôle continu), et un grand oral où l'élève présentera devant un jury un projet préparé depuis la classe de première.

Publicité

Parler haut et écrire bien, celui qui enseigne la littérature et assure au Collège de France un des cours les plus populaires en connait l'importance. Ancien polytechnicien, historien de la littérature et professeur au Collège de France donc, on le recevait l'an dernier pour son essai à la croisée de l'histoire et de la littérature, Les Chiffonniers de Paris, dix ans après La littérature : pour quoi faire ?

"Cette organisation du baccalauréat devrait permettre un meilleur dialogue d'orientation à la fin du lycée et à l'entrée de l'université." Antoine Compagnon 

Archives diffusées : 

- Extrait d'un micro-trottoir dans l'émission "Paris vous parle " (17/06/1958)

- Pierre Mathiot invité de la matinale de France Inter le 25/01/2018

- Jean-Michel Blanquer, invité de l'Émission politique sur France 2 (15/02/2018)   

Pour (ré)écouter la première partie de l'émission : 

La Grande table (1ère partie)
28 min

L'équipe