Boris Cyrulnik aux Assises de l'école maternelle à Paris le 27 mars 2018. Il y a notamment évoqué le passage de la scolarisation obligatoire à 3 ans au lieu de 6 actuellement.  ©AFP - LUDOVIC MARIN
Boris Cyrulnik aux Assises de l'école maternelle à Paris le 27 mars 2018. Il y a notamment évoqué le passage de la scolarisation obligatoire à 3 ans au lieu de 6 actuellement. ©AFP - LUDOVIC MARIN
Boris Cyrulnik aux Assises de l'école maternelle à Paris le 27 mars 2018. Il y a notamment évoqué le passage de la scolarisation obligatoire à 3 ans au lieu de 6 actuellement. ©AFP - LUDOVIC MARIN
Publicité
Résumé

Pourquoi y a-t-il du mal-être chez nos jeunes ? Boris Cyrulnik, neuropsychiatre chargé par Jean-Michel Blanquer d’une mission de réflexion dans le cadre des Assises de la Maternelle, analyse les enjeux éducatifs soulevés par les mutations sociétales et les possibles radicalités qui en découlent.

avec :

Boris Cyrulnik (Neuropsychiatre et ethnologue).

En savoir plus

Améliorer l'éducation de nos enfants

L'intelligence est plus un phénomène relationnel qu'une qualité cérébrale. Le cerveau est le résultat d'un processus relationnel qui commence dès l'utérus par les contacts de l'enfant avec sa mère." Boris Cyrulnik

Publicité

Fondateur de l’Institut Petite enfance, père de la résilience, le neuropsychiatre Boris Cyrulnik s’est vu confier par le ministre de l’Education Jean-Michel Blanquer la direction des Assises pour la petite enfance. Dans vos travaux, repris dans « Sous le signe du lien », et à partir de la pratique du psychiatre britannique John Bowlby, inventeur de la théorie de l’attachement, il met l’accent sur l’affectivité des enfants et l’importance de la relation mère-enfant. 

Le père est un élément séparateur dans la famille. Il est la personne qui permet à l'enfant d'aimer quelqu'un d'autre que sa mère, sans quoi il serait prisonnier de l'amour de celle-ci." Boris Cyrulnik

Il est par ailleurs l’auteur de « Psychothérapie de Dieu », sorti à l’automne dernier chez Odile Jacob, une analyse du sacré et des liens entre l'attachement religieux individuel ou collectif. Il nous dit ce qui se joue à cet âge de la vie et comment les rendre plus heureux et moins dépendants, dans une époque de sollicitations permanentes. 

Enfermer des enfants migrants dans des cages comme le fait Trump, les couper de leurs parents, c'est être sûr qu'ils seront instables, agressifs, et qu'un nombre beaucoup plus élevé que la norme tombera dans la délinquance. On crée le problème en prétendant le résoudre." Boris Cyrulnik

Pour réécouter la première partie, cliquez ici

55 min
Références

L'équipe

Olivia Gesbert
Olivia Gesbert
Olivia Gesbert
Production
Peire Legras
Réalisation
Charlotte Roux
Réalisation
Maxime Morin
Collaboration
Clémence Mary
Collaboration
Henri Le Blanc
Collaboration
Claire Mayot
Production déléguée